VIDEO. Professeure braquée à Créteil: Emmanuel Macron juge «inacceptable» de menacer un professeur

VIOLENCE « J’ai demandé au ministre de l’Éducation nationale et au ministre de l’Intérieur de prendre toutes les mesures pour que ces faits soient punis et définitivement proscrits des écoles », a annoncé le président…

20 Minutes avec AFP
— 
(Photo d'illustration) Le 23 juillet 2018, à Paris (4e). Le capot d'une voiture de la police nationale, une Renault Scénic, stationnée rue de la Cité.
(Photo d'illustration) Le 23 juillet 2018, à Paris (4e). Le capot d'une voiture de la police nationale, une Renault Scénic, stationnée rue de la Cité. — Clément Follain / 20 Minutes

Emmanuel Macron a réagi samedi soir à la mise en garde à vue à Créteil d’un lycéen soupçonné d’avoir braqué sa professeure avec une arme en demandant que soient prises « toutes les mesures » pour bannir des écoles les menaces envers les enseignants.

« Menacer un professeur est inacceptable. J’ai demandé au ministre de l’Éducation nationale et au ministre de l’Intérieur de prendre toutes les mesures pour que ces faits soient punis et définitivement proscrits des écoles », a tweeté le président.



Une deuxième personne interpellée

Un lycéen, soupçonné d’avoir braqué sa professeure avec une arme qui s’est révélée factice, des faits condamnés par les ministres Christophe Castaner et Jean-Pierre Blanquer, était toujours en garde à vue samedi soir à Créteil, tandis qu’un second jeune homme interpellé a lui été remis en liberté.

La vidéo qui montre les faits, relayée sur les réseaux sociaux, comme l’a relevé le Parisien, montre un adolescent debout dans une salle de classe, menaçant l’enseignante avec un pistolet, tout en lui demandant de l’inscrire « présent » et non « absent ». Sur les images, l’enseignante, assise devant un ordinateur, semble plus lasse que paniquée, s’adressant dans un second temps à un autre élève. On y entend le rire de celui qui filme et un certain chahut est perceptible dans la classe.