Clermont-Ferrand: La victime d'un viol reconnaît son agresseur dans le tramway

FAITS DIVERS Le suspect a été confondu par son ADN…

Caroline Politi

— 

Le tramway à Clermont Ferrand.
Le tramway à Clermont Ferrand. — THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Un « coup de chance » qui a permis de donner un incroyable coup d’accélérateur à une enquête. Lundi, vers 19h40, un homme soupçonné d’un viol et de deux agressions sexuelles dans le centre-ville de Clermont-Ferrand a été reconnu dans le tramway par l’une de ses victimes, a appris 20 Minutes de sources concordantes. La jeune femme a immédiatement appelé la police qui a interpellé le suspect sans difficulté. Présenté à un juge d’instruction mercredi, il a été mis en examen et placé en détention provisoire.

L’enquête démarre le 22 septembre par la plainte d’une étudiante de 22 ans qui affirme avoir été violée sur la voie publique en plein centre-ville de Clermont-Ferrand. Elle livre une description précise de son agresseur mais c’est sa tenue vestimentaire qui retient l’attention des enquêteurs. La jeune femme explique que l’individu était vêtu d’une veste de jogging blanche siglée Manchester United. « Ce n’est pas un modèle extrêmement courant ici », précise une source policière.

Confondu par l’ADN

Surtout, quelques heures avant son agression, deux jeunes filles ont saisi la police parce qu’un homme qui portait une veste blanche Manchester United les importunait dans le centre-ville. L’une d’elles a été victime d’une main aux fesses. Les policiers avaient maraudé sans parvenir à retrouver l’individu. Rapidement, les enquêteurs font le lien avec un troisième fait, survenu deux jours auparavant. Toujours dans le centre-ville mais dans un autre secteur, une jeune femme a également porté plainte pour agression sexuelle. Elle aussi affirme que son agresseur portait une veste de jogging blanche.

Le suspect a été confondu lundi par la jeune femme ayant porté plainte pour viol. L’ADN prélevé sur la victime – qui jusqu’ici n’avait pas « matché » – correspond à celui du suspect récupéré pendant la garde à vue. L’homme, âgé d’une trentaine d’années, est semble-t-il, en situation irrégulière. « Nous avons établi qu’il est arrivé il y a environ trois mois à Clermont-Ferrand, peut-être que son ADN matchera ailleurs sur le territoire », précise cette source policière. Une information judiciaire a été ouverte.