Strasbourg: Elle scanne mal ses bocaux à la caisse d'Ikea, est accusée de vol et termine en garde à vue avec son père

FAITS-DIVERS Une jeune femme et son père ont passé plusieurs heures en garde à vue, accusés d'avoir volé des produits dans la franchise suédoise à Strasbourg...

Alexia Ighirri avec B.P.

— 

Strasbourg: Elle scanne mal ses bocaux à la caisse d'Ikea, est accusée de vol et termine en garde à vue avec son père (Illustration)
Strasbourg: Elle scanne mal ses bocaux à la caisse d'Ikea, est accusée de vol et termine en garde à vue avec son père (Illustration) — A. GELEBART / 20 MINUTES / SIPA
  • Sur Twitter, une Strasbourgeois raconte comment elle et son père ont passé plusieurs heures en garde à vue pour des bocaux qu'Ikea les accuse d'avoir voulu voler.
  • La jeune femme se défend en expliquant avoir mal scanné les produits à la caisse libre-service.
  • Le responsable de magasin a déposé plainte pour vol à l’étalage.

« Alors cette sortie père/fille t’en as pensé quoi ? » Le mot de la fin, adressé par son père à la jeune Strasbourgeoise, ne traduit pas vraiment l’étendue de la mésaventure qu’ils ont vécue et qu’elle a raconté sur son profil Twitter mardi soir. Les faits se sont, eux, déroulés dans la journée du 1er octobre.

Dans un premier tweet, la jeune femme (que 20 Minutes n’a pas encore réussi à contacter) raconte comment le shopping avec son père dans le magasin  Ikea de  Strasbourg ( Bas-Rhin), s’est terminé en garde à vue pour quatre bocaux (de moins d'une dizaine d'euros chacun) mal scannés à la caisse en libre-service.

La jeune femme détaille avoir scanné (sans s’en rendre compte) un seul des deux codes-barres situés sur le bocal et son couvercle. Stoppée avec son père par un vigile, elle prolonge le récit avec l’arrivée du « directeur », prévenu. « [Il] demande à mon père ce qu’il s’est passé donc il lui raconte il lui dit “encore désolé je veux payer” [les produits non scannés] », écrit la Strasbourgeoise. Selon qui le directeur aurait alors répondu : « Vous avez volé, quoi ».

Pour cette accusation de vol, la police a ensuite été appelée. La jeune femme poursuit son histoire en indiquant notamment qu’une deuxième brigade a été mobilisée pour interpeller son père. S’ensuivent l’arrivée au commissariat, la garde à vue de plusieurs heures dans deux cellules séparées, la fouille, les photos et la prise d’ADN. Puis la libération par l’intermédiaire d’une autre équipe policière.

La police confirme la plainte d’Ikea Strasbourg

La police du Bas-Rhin confirme à 20 Minutes la plainte déposée par le directeur de l’établissement pour vol à l’étalage (classée sans suite par le parquet), l’intervention des forces de l’ordre selon une « procédure habituelle » et les « trois heures de garde à vue ». Elle se refuse toutefois à tout commentaire sur les sollicitations – présumées courantes selon la jeune femme – d’Ikea pour des vols. « En ce moment, on a beaucoup de vols à l’étalage dans l’agglomération », précise-t-elle simplement.

Contacté par 20 Minutes, Ikea France a finalement réagi en fin d’après-midi. L’entreprise fait savoir qu’elle « privilégie toujours le dialogue » et « regrette cette situation ». Enfin, la branche française de la société suédoise « présente ses excuses aux clients et s’engage à retirer la plainte. »