Accident à Millas : L'avocat de la conductrice du bus réfute les résultats de l'expertise

ENQUETE Les experts indiquent dans un rapport que l’origine de l’accident proviendrait d’un freinage tardif de la conductrice du bus…

N.B.

— 

A Millas, le bus scolaire a été coupé en deux.
A Millas, le bus scolaire a été coupé en deux. — N. Bonzom / Maxele Presse

Vendredi, le Parisien révélait les résultats de l'expertise menée sur l’accident de Millas,​ qui a coûté la vie à six collégiens, le 14 décembre 2017. Les experts, qui ont analysé le bus, qui a percuté un train sur un passage à niveau, concluent que « l’origine de cet accident provient d’un freinage tardif de la conductrice de l’autocar ».

« L’expertise en accidentologie montre que la vitesse du car a chuté brutalement après une phase d’accélération, a expliqué à l’AFP Xavier Tarabeux, le procureur de la République de Marseille. Cela laisse supposer que la pédale de frein était enfoncée. »

« 12 km/h, c’est moins vite que quelqu’un qui court »

Jean Codognès, l’avocat de la conductrice du bus, qui a toujours affirmé que les barrières étaient levées, réfute ces conclusions. « À 12 km/h, quand vous freinez puissamment, le véhicule s’arrête, il ne traverse pas une voie ferrée, indique l’avocat à France Bleu Roussillon. On fera rouler le bus à 12 km/h, on freinera, on verra si 15 m après, il circule encore (…) C’est moins vite que quelqu’un qui court ! »

L’avocat indique qu’il va demander des « compléments d’information, des contre-expertises, une remise en situation ». Pour lui, « il n’y a rien de catégorique (…) Essayons de savoir si la barrière était levée ou fermée. C’est cela la vraie question. »