Lyon: Deux sœurs soupçonnées de 73 cambriolages et tentatives dans les beaux quartiers

CAMBRIOLAGE Deux jeunes femmes, probablement mineures, ont été interpellées jeudi à Lyon…

Caroline Politi

— 

Un policier. (Illustration)
Un policier. (Illustration) — Bertrand GUAY / AFP

Elles sont soupçonnées de quelque 73 cambriolages et tentatives dans les beaux quartiers lyonnais. Deux jeunes sœurs serbes ont été interpellées jeudi matin dans la capitale des Gaules en possession de bijoux qu’elles venaient, selon toute vraisemblance, de dérober. Mais les policiers en ont la certitude, ce cambriolage est loin d’être un coup d’essai. Elles devraient être déférées demain en vue d’une éventuelle mise en examen.

L’enquête démarre au printemps. Alors que dans l’ensemble de l’agglomération lyonnaise les cambriolages sont en baisse, les policiers notent une recrudescence des vols par effraction dans les beaux quartiers du centre-ville. « Très rapidement, nous nous sommes rendu compte de nombreuses similitudes entre ces affaires », note le commissaire Jean-Daniel Dorent, adjoint au chef de la sûreté départementale de Lyon. Les appartements ciblés sont tous à des étages élevés, les modes d’effractions sont identiques, les objets volés sont facilement transportables, notamment des bijoux ou des vêtements. « On était surtout très intrigués parce qu’à chaque fois l’œilleton était arraché ce qui est très rare », poursuit le commissaire.

Repérées dans les beaux quartiers

La brigade de répression des cambriolages de la sûreté départementale acquiert donc la certitude qu’il s’agit d’une seule et même équipe. Des prélèvements génétiques confirment cette hypothèse mais pendant plusieurs semaines aucune identité ne ressort. Une surveillance physique est mise en place et deux jeunes femmes au comportement suspect sont repérées à la fin de l’été. « Elles avaient un comportement suspect, faisaient des allers-retours dans le quartier, semblaient faire des repérages », précise le commissaire Dorent.

Les jeunes femmes sont à nouveau identifiées en début de semaine dans les beaux quartiers lyonnais. « Filochées » plusieurs jours, elles sont repérées jeudi matin entrant dans un bel immeuble du 2e arrondissement pour en ressortir 40 minutes plus tard. C’est à ce moment-là qu’elles seront interpellées avec des bijoux que le propriétaire de l’appartement qui vient d’être cambriolé reconnaîtra. Placées en garde à vue, les deux jeunes femmes ont reconnu les cambriolages sur lesquels des éléments matériels ont été retrouvés. Quant à l’œilleton dégradé, elles ont expliqué qu’il s’agissait non pas d’une « signature » comme le pensaient les enquêteurs mais d’une manière de s’assurer que personne ne se trouvait dans l’appartement.

Les deux sœurs serbes, qui affirment être âgées de 17 et 15 ans, sont déjà connues pour des faits similaires à Marseille et Nice. La plus jeune a accepté de se soumettre à un test osseux en garde à vue qui a conclu qu’elle était âgée de 16 ans et demi. La plus âgée a refusé. Une information judiciaire devrait être ouverte.