Haute-Garonne: Plus de 650 kilos de cocaïne dans le chargement de poissons

STUPEFIANTS Une information judiciaire a été ouverte ce vendredi à Bordeaux, suite à la saisie lundi dernier de plus de 650 kilos de cocaïne dans un camion transportant un chargement de poissons, et contrôlé à l'ouest de Toulouse...

Mickaël Bosredon

— 

Illustration sur la douane française.
Illustration sur la douane française. — M.Libert/20 Minutes
  • La valeur de la cocaïne saisie est estimée à un peu moins de 20 millions d'euros.
  • Les deux chauffeurs finlandais du camion ont été interpellés et doivent être mis en examen.

Une information judiciaire des chefs d’importation non autorisée de stupéfiants en bande organisée, importation en contrebande de marchandise prohibée en bande organisée, transport, détention de produits stupéfiants et associations de malfaiteurs a été ouverte ce vendredi par le parquet de Bordeaux.

Elle fait suite au contrôle d’un camion immatriculé aux Pays-Bas, le 1er octobre dernier, sur une aire de repos de l'A61 à Deyme (Haute-Garonne), à l’ouest de Toulouse, par la brigade de surveillance intérieure des douanes de Frouzins. Dans la remorque du véhicule, qui contenait 1,8 tonne de poisson, ils ont déniché… 654 kg de cocaïne. La valeur de cette quantité de produit est estimée à un peu de moins de 20 millions d’euros.

« Caractère manifestement international de l’organisation »

Le chauffeur et son passager, de nationalité finlandaise, ont été placés en rétention douanière. Il a été dans le même temps établi que le camion intercepté devait assurer une liaison entre deux sociétés de commerce de poisson entre le Portugal et les Pays-Bas.

« En raison de l’importance des quantités saisies et du caractère manifestement international de l’organisation », le parquet de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Bordeaux s’est saisi des faits et a confié la conduite de l’enquête judiciaire de flagrance à la direction interrégionale de police judiciaire (DIPJ) de Bordeaux et à l’office central de répression du trafic international de stupéfiants (OCRTIS) le 2 octobre.

« Les deux occupants du camion n’ont fourni que peu d’indications à ce stade de l’enquête, le chauffeur indiquant avoir été recruté par le passager pour effectuer ce transport sans connaître le contenu de la remorque, le second refusant de s’expliquer sur les faits », indique ce vendredi le parquet de Bordeaux. Les deux individus vont être présentés à un juge d’instruction.