La criminalité brésilienne en expansion en Guyane

DÉLINQUANCE La police judiciaire a interpellé, la semaine dernière, quatre Brésiliens suspectés d’avoir attaqué plusieurs distributeurs automatiques de billets…

Thibaut Chevillard

— 

Des policiers municipaux à Cayenne (illustration)
Des policiers municipaux à Cayenne (illustration) — QUENDEZ NICOLAS/SIPA

Une affaire qui illustre l’augmentation de la criminalité brésilienne en Guyane. Les enquêteurs de l’antenne de police judiciaire de Cayenne ont interpellé et placé en garde à vue, la semaine dernière, quatre individus suspectés d’avoir attaqué plusieurs distributeurs automatiques de billets dans cette région située à 7.000 km de la métropole. Le préjudice est estimé à environ 400.000 euros, indique à 20 Minutes une source policière. Ces Brésiliens ont été présentés au parquet et placés en détention provisoire.

Ils seront ensuite transférés à Fort-de-France, en Martinique, afin d’être présentés à un juge de la juridiction interrégionale spécialisée. Ces malfaiteurs chevronnés agissaient principalement le week-end, conscients que les distributeurs, rechargés le vendredi, étaient pleins. « Ils rentraient dans les locaux techniques des distributeurs de billets en passant par les murs mitoyens qu’ils avaient percés. Ils s’attaquaient ensuite au distributeur avec une disqueuse », confie un commissaire.

« Ils profitent de la porosité de la frontière »

Les policiers les suspectent d’avoir commis « quatre ou cinq » faits depuis un an. « Ils venaient, tapaient, et repartaient au Brésil. » Ils sont remontés jusqu’à eux en étudiant les images des caméras de surveillance et en effectuant un travail sur la téléphonie. Ils les ont arrêtés les 24 et 25 septembre derniers.

Prostitution, trafic de stupéfiants, vols à main armée, trafic d’êtres humains… Les policiers observent que les malfaiteurs brésiliens agissent de plus en plus sur le territoire français. « Ils profitent de la porosité de la frontière franco brésilienne », longue de 600 km, remarque la même source. Pour faire face à l’insécurité croissante​ que subit ce territoire grand comme le Portugal, la police judiciaire a, depuis deux ans, quasiment doublé les effectifs de son antenne locale.