Yonne: Les recherches en présence de Monique Olivier, l’ex-femme de Fourniret, n’ont rien donné

ENQUETE La semaine dernière, Michel Fourniret avait, lui aussi, été déplacé aux mêmes endroits pour tenter de retrouver le corps d'une des victimes, Marie-Angèle Domece... 

20 Minutes avec AFP

— 

Monique Olivier, femme du tueur en série Michel Fourniret, au tribunal de Charleville-Méziere, le 29 mai 2008
Monique Olivier, femme du tueur en série Michel Fourniret, au tribunal de Charleville-Méziere, le 29 mai 2008 — Francois Nascimbeni AFP

Les enquêteurs n’ont rien trouvé. Depuis deux jours, Monique Olivier était dans l'Yonne, à l’occasion d’un transport judiciaire sur les lieux de deux meurtres récemment reconnus par son ex-mari, Michel Fourniret. Des fouilles qui n’ont rien donné, a annoncé, ce jeudi, une source proche de l’enquête.

Un transport qui intervient quelques jours après celui de Michel Fourniret. La semaine dernière, le tueur en série avait été amené aux mêmes endroits, et notamment sur un terrain familial à Saint-Cyr-les-Colons, pour tenter de retrouver le corps de l'une des deux victimes, Marie-Angèle Domece. Lors du transport de Monique Olivier, ce mercredi, les gendarmes ont effectué leurs recherches dans un bois proche du village, a affirmé le quotidien régional L’Yonne républicaine.

Des gendarmes et des spécialistes en anthropologie, psychologie ou profilage

« Monique Olivier ne nous a pas dit : 'c’est là qu’il faut creuser'. Nous travaillons sur des hypothèses, établies d’après leurs déclarations à tous les deux. Mais c’est loin dans le temps et imprécis », a souligné, ce jeudi, la source proche de l’enquête. Une quarantaine de gendarmes notamment du groupement de l’Yonne et de l’Institut de recherches criminelles de la Gendarmerie nationale (IRCGN) ont été mobilisés, dont des spécialistes en anthropologie, psychologie ou profilage.

Entre février et mars dernier, Michel Fourniret, âgé de 76 ans, avait été entendu six fois. Des auditions durant lesquelles il avait livré des «aveux réitérés» pour les meurtres de Joanna Parrish et de Marie-Angèle Domece, après les avoir toujours niés dans le passé. En juin dernier, Monique Olivier, 69 ans, avait confirmé l'implication de son ex-mari dans ces deux crimes.

Un possible procès sur ces deux meurtres en 2020

Marie-Angèle Domece, jeune handicapée mentale âgée de 19 ans, a disparu le 8 juillet 1988 dans l’Yonne et n’a jamais été retrouvée. Le 17 mai 1990, le corps nu de la Britannique Joanna Parrish, assistante d’anglais au lycée Jacques-Aymot d’Auxerre, avait été retrouvé à Monéteau. La jeune femme de 20 ans avait été violée et battue avant sa mort.

Selon les avocats des deux jeunes filles, la magistrate en charge du dossier pourrait clore l’instruction d’ici fin 2018, avant un possible procès en 2020. Michel Fourniret a été condamné en 2008 par la cour d’assises des Ardennes à la perpétuité incompressible pour sept autres meurtres. Monique Olivier, quant à elle, a écopé de la perpétuité, accompagnée d’une mesure de sûreté de 28 ans, pour sa complicité dans cinq meurtres.