Migrants: Échauffourées entre gendarmes et une centaines d'activistes de l'ultragauche à la frontière dans les Hautes-Alpes

MIGRANTS Des affrontements se sont produits entre les gendarmes et des militants durant deux heures, sur fond d’un rassemblement pro-migrants…

M.C. avec AFP

— 

Un gendarme. (Illustration)
Un gendarme. (Illustration) — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Des échauffourées entre gendarmes et une centaine d’activistes de l’ultragauche ont éclaté samedi après-midi sans faire de blessé à la frontière franco-italienne, au col de Montgenèvre ( Hautes-Alpes), où des militants antifascistes avaient permis en avril le passage en France d’une vingtaine de migrants.

Ces affrontements se sont déroulés durant « deux heures », au-dessus du terrain de golf de la commune, en marge d’un rassemblement pro-migrants de cinq jours en Italie. Baptisé « Passamontagna » (passe-montagne), l’événement a regroupé près de 500 personnes parmi lesquelles une majorité d’Italiens mais aussi des Français, des Espagnols, des Allemands, des Hollandais et des Autrichiens, a indiqué à l’AFP une source proche des autorités.

Fioles d’acide et grenades lacrymogènes

Environ 100 à 150 manifestants, « visage masqué pour la plupart d’entre eux », se sont alors livrés à « des violences inacceptables » contre les forces de l’ordre, avec des jets de « pierre tendus avec des frondes », « des fioles d’acide » et l’utilisation d'« explosifs agricoles et artisanaux », a précisé la préfète des Hautes-Alpes dans un communiqué, en condamnant les faits « avec la plus grande fermeté ».

Les militaires ont alors répliqué avec des grenades lacrymogènes et assourdissantes mais « aucune interpellation n’a eu lieu ». Le campement de Passamontagna, situé à Clavière en Italie, s’est vidé progressivement dimanche matin, a constaté un correspondant de l’AFP.