Agression homophobe à Paris: Un mineur mis en examen pour «violences aggravées»

VIOLENCES La victime a subi un traumatisme facial…

20 Minutes avec AFP

— 

Le comédien Arnaud Gagnoud a raconté sur les réseaux sociaux l'agression homophobe dont son ami et lui ont été victimes
Le comédien Arnaud Gagnoud a raconté sur les réseaux sociaux l'agression homophobe dont son ami et lui ont été victimes — Instagram - Arnaud Gagnoud

Un mineur soupçonné d’avoir participé à une agression à caractère homophobe sur un jeune acteur mardi soir dans le XXe arrondissement de Paris alors qu’il était avec son compagnon a été mis en examen pour « violences aggravées », a-t-on appris dimanche de source judiciaire.

Ce jeune comédien, Arnaud Gagnoud, avait témoigné de son agression sur les réseaux sociaux et porté plainte. Il racontait avoir été insulté par un groupe, devant un théâtre du XXe arrondissement avant d’être frappé à coups de casque à la tête. Les agresseurs avaient pris la fuite, avant que deux suspects, deux frères, dont un mineur né en 2002 ne soient interpellés jeudi.

« Ils exigeaient que nous quittions leur quartier »

Entendus par les enquêteurs, le majeur a été mis hors de cause tandis que son frère est soupçonné d’avoir porté des coups de casque au jeune acteur. Il a été mis en examen pour « violences aggravées » en raison notamment du caractère homophobe de l’agression, et placé sous contrôle judiciaire, a indiqué la source judiciaire.

« Avec mon copain, nous sommes allés voir jouer une amie et collègue comédienne dans un petit théâtre du XXe arrondissement de Paris. Alors que nous sortions prendre l’air et attendre notre amie, nous avons eu le malheur, en discutant, de nous serrer dans les bras. Un câlin. Juste un câlin », a témoigné le comédien sur les réseaux sociaux.

« Un groupe de trois jeunes, postés à une vingtaine de mètres, nous a vus », « un flot d’insultes homophobes sortait de leurs bouches. Ils exigeaient que nous quittions "leur quartier" où "y a pas de PD ici" », a-t-il ajouté.

« Deux coups portés à la tête », « pour moi un traumatisme facial, avec ecchymose et œdème péri-orbitaire. Sept points de sutures et plusieurs jours d’ITT », a-t-il écrit.