Tours: Le chef de chœur du Conservatoire, accusé de pédophilie, s’est pendu dans sa cellule

SUICIDE L'homme de 60 ans était soupçonné d'avoir drogué et abusé plusieurs élèves du Conservatoire de Tours lors de séjours à Paris...

20 Minutes avec agence

— 

L'ex-chef de chœur de la maîtrise du Conservatoire de musique de Tours, accusé de pédophilie, s'est suicidé dans sa cellule.
L'ex-chef de chœur de la maîtrise du Conservatoire de musique de Tours, accusé de pédophilie, s'est suicidé dans sa cellule. — GUILLAUME SOUVANT / AFP

L’ex-chef de chœur du Conservatoire national de Tours (Indre-et-Loire) s’est donné la mort dans la nuit de samedi à dimanche dans la prison de la ville, où il avait été placé en détention provisoire en février. Pierre-Marie Dizier, accusé de viols et d’agressions sexuelles sur mineurs, a été retrouvé pendu dans sa cellule, rapporte La Nouvelle République. Cet homme de 60 ans risquait une peine de 20 ans d’emprisonnement. Mais son procès n’aura donc jamais lieu.

Déjà une tentative de suicide en avril dernier

« Pour les enfants, (…) la procédure aurait peut-être permis de cicatriser les blessures », regrette le représentant de l’une des parties civiles. « Mon client voulait s’expliquer, souhaitait que la vérité soit dite même si elle n’était pas belle. Il essayait de comprendre qui il était », a confié de son côté l’avocat du détenu.

Le sexagénaire avait déjà tenté de se suicider au mois d’avril. Pourtant, Jean-Luc Beck, procureur de la République de Tours, estime que son geste était difficile à anticiper. « En l’état de l’enquête, rien ne le laissait prévoir. Il ne semblait pas, d’après l’administration pénitentiaire, particulièrement dépressif (…) Il n’était pas seul dans sa cellule puisqu’il était avec deux codétenus qui, tous les deux, prenaient des médicaments du type somnifères et n’ont rien entendu », a expliqué le magistrat.

Il aurait fabriqué des pilules pour droguer ses victimes

En janvier dernier, la famille d’un élève avait porté plainte contre le sexagénaire. Au total, « six à sept jeunes garçons », âgés de 13 à 16 ans au moment des faits, ont été entendus par les enquêteurs, a indiqué le procureur. Le suspect, marié et père de famille, aurait fabriqué lui-même des pilules, notamment à base de somnifères, pour les droguer et abuser d’eux.

Les agressions se seraient déroulées à Paris, lors de week-ends organisés par le professeur de chant pendant plusieurs années. Le chef de chœur avait déjà été condamné à trois mois de prison avec sursis en 2005 pour « agressions sexuelles sur un mineur ». Mais il avait été relaxé en septembre 2006 par la cour d’appel d’Orléans, faute de preuves.

Tours: Un professeur du conservatoire suspendu après avoir évoqué l'affaire de pédophilie qui touche l'institution