VIDEO. Strasbourg: Du sang et de l'ADN de l'étudiante disparue retrouvés chez le principal suspect

ENQUETE Un homme de 58 ans a été mis en examen dans l’enquête consécutive à la disparition de l’étudiante de 20 ans partie visiter un appartement à Schiltigheim (Bas-Rhin)…

B.P.

— 

A l'entrée de l'appartement du principal suspect où a été trouvé l'ADN de Sophie Le Tan.
A l'entrée de l'appartement du principal suspect où a été trouvé l'ADN de Sophie Le Tan. — G. Varela / 20 Minutes
  • Sophie Le Tan, étudiante de 20 ans disparue à Schiltigheim près de Strasbourg (Bas-Rhin) est toujours portée disparue.
  • Des traces de sang et l’ADN de la jeune femme ont néanmoins été retrouvés au domicile du principal suspect, un homme de 58 ans mis en examen pour « d’assassinat avec préméditation, enlèvement et séquestration ».

Le point presse du procureur de la République de Strasbourg a été annoncé dès lundi soir. Après l'interpellation d'un homme de 58 ans déféré au parquet 48 heures après et mis en examen dans la nuit de lundi à mardi, la première prise de parole du parquet devait permettre de lever le voile sur l’enquête consécutive à la disparition de Sophie Le Tan à Schiltigheim dans le Bas-Rhin.

Devant la presse ce mardi en fin d’après-midi, Yolande Renzi a dévoilé que l’étudiante de 20 ans n’a pas été retrouvée : « Tout sera mis en œuvre pour localiser la jeune fille », a promis le procureur de la République à ses proches.

Des traces de sang et l’ADN de Sophie Le Tan dans l’appartement

Le principal suspect arrêté par la police judiciaire a, lui, été écroué à l’issue de sa mise en examen dans la nuit. Le procureur a confirmé son identité : un homme de 58 ans déjà condamné à 15 ans de réclusion pour des faits de viol en 2003. Le suspect, sans profession à l’heure actuelle qui vivait seul mais avait une amie, a été interpellé après le témoignage de deux autres filles. Celles-ci avaient également un rendez-vous pour visiter un appartement, mais elles ne s’y sont pas rendues. Des informations téléphoniques ont ensuite permis de découvrir son identité.

Lors de la perquisition à son domicile, « des traces de sang » ont été découvertes malgré un « nettoyage récent ». Ainsi que des traces d’ADN de Sophie Le Tan relevées par les enquêteurs de la police scientifique, selon le procureur.

Plusieurs de ses amis ont lancé l'alerte via les réseaux sociaux dès ce samedi 8 septembre, le lendemain de la disparition de la jeune femme.
Plusieurs de ses amis ont lancé l'alerte via les réseaux sociaux dès ce samedi 8 septembre, le lendemain de la disparition de la jeune femme. - Capture d'écran / Compte Twitter Jxdnt.

Le suspect ne répond à aucune question

Mis en examen selon les chefs d’accusation « d’assassinat avec préméditation, enlèvement et séquestration », le suspect « a fait le choix de ne répondre à aucune question et se taire » face aux policiers et magistrats. Yolande Renzi ajoute qu’il devrait être de nouveau entendu sous peu.

Partie visiter un appartement route de Bischwiller à Schiltigheim (Bas-Rhin), Sophie Le Tan, 20 ans, a disparu dans la matinée du 7 septembre. Tandis que les proches de la Haut-Rhinoise ont rapidement lancé l’alerte le plus largement possible sur les réseaux sociaux, sa disparition vite jugée inquiétante a aussi entraîné l’ouverture d’une enquête. Après le lancement d’un appel à témoins et l’ouverture d’une information judiciaire « contre X » pour « enlèvement et séquestration », le quinquagénaire suspecté a été arrêté samedi, en voiture avant d’aller chez lui.