Toulouse: Ce que l'on sait sur le viol filmé samedi sur le parking d'une discothèque à Toulouse

FAITS-DIVERS Suite au signalement d’une vidéo sur la plateforme Pharos, les gendarmes ont identifié la victime de ce viol filmé samedi à Balma sur le parking de la discothèque Le Carpe Diem…

J.R.

— 

Illustration. Gendarmes la nuit.
Illustration. Gendarmes la nuit. — F. Scheiber / 20 Minutes
  • Après la diffusion d’une vidéo de viol collectif sur le parking d’une discothèque de Balma, les gendarmes ont identifié la victime, qui sera entendue prochainement.
  • Les auteurs de ce viol collectif n’ont pour le moment pas été identifiés.
  • Les réseaux sociaux ont joué un rôle ambigu dans cette affaire.

C’est un véritable calvaire qui a été filmé et diffusé sur les réseaux sociaux. Les gendarmes de Balma, dans la Haute-Garonne, et ceux de la brigade de recherche de la gendarmerie de Toulouse-Saint-Michel, enquêtent sur un viol qui a été commis samedi 15 septembre sur un parking de la discothèque Le Carpe Diem.

Cette sordide affaire a été rendue publique lundi soir. Dans un tweet, la Police nationale demandait aux internautes de ne pas relayer ni de diffuser cette vidéo « montrant des actes sexuels non consentis ». Ce sont des internautes, choqués d’avoir reçu ces images dans leur fil d’actualité, qui ont signalé sur la plateforme Pharos cette vidéo où l’on voit une jeune femme subir des violences sexuelles de la part de plusieurs hommes.

La victime identifiée par les gendarmes

Mardi, le parquet de Toulouse a confirmé que la victime de ce viol a été identifiée par les gendarmes qui doivent l’entendre prochainement. La jeune fille âgée de 19 ans est originaire d’Albi, dans le Tarn.

Pour le moment, les auteurs de ce viol collectif n’ont pas été identifiés, ni entendus par les gendarmes. « L’enquête a débuté, beaucoup de témoins restent à auditionner, indique le parquet. Il y a des caméras de vidéosurveillance de l’établissement à exploiter, les vigiles à entendre ».

Le rôle ambigu des réseaux sociaux

Depuis la publication de la vidéo, qui a d’abord été partagée sur Snapchat puis sur Twitter, les réseaux sociaux s’enflamment. Certains ont même désigné comme auteurs de ce viol quatre personnes, photos à l’appui. Des accusations que les enquêteurs devront vérifier.

Avant d’avoir été retrouvée par les gendarmes, la victime de ce viol a raconté son calvaire sur les réseaux sociaux. Elle aurait ainsi confié à ses amis avoir été violée samedi soir mais ces derniers ne l’auraient pas cru. C’est finalement la publication de la vidéo du viol sur Snapchat qui a lancé la machine judiciaire.

Les personnes qui ont filmé la scène de viol et l’ont diffusée sur les réseaux sociaux n’ont pas encore été confondues par les enquêteurs. Elles pourraient elles aussi être poursuivies par la justice.