Fresnes: Les véhicules d'agents pénitentiaires une nouvelle fois incendiés

FAITS DIVERS L’incendie pourrait avoir un lien avec la mise en examen de quatre jeunes hommes, eux-mêmes soupçonnés d’avoir incendié des véhicules de surveillants…

20 Minutes avec AFP

— 

Le mur de la prison de Fresnes (photo d'illustration).
Le mur de la prison de Fresnes (photo d'illustration). — N. Messyasz / SIPA

Plusieurs véhicules appartenant à des agents pénitentiaires de la prison de Fresnes, dans le Val-de-Marne, ont été incendiés dans la nuit de dimanche à lundi, a-t-on appris ce lundi de sources concordantes. L’incendie s’est déclaré peu après 2H30 sur un parking réservé au personnel, selon une source proche de l’enquête. Quatre voitures ont été détruites entièrement par les flammes et deux autres ont pris feu par propagation, a précisé une autre source proche de l’enquête.

Des agents ont aperçu un « individu prendre la fuite »

Des agents présents sur les miradors ont aperçu « un individu prendre la fuite précipitamment vers une cité à côté », selon la même source. Selon le syndicat FO pénitentiaire (SNPFO-PS), « un logement a également été endommagé et ses occupants incommodés par les fumées ». « Les personnels de Fresnes et leur famille sont en danger de mort ! », dénonce l’organisation sur Twitter.

Une des sources proches de l’enquête a confirmé qu’il y avait bien eu une brève évacuation par les pompiers des personnels se trouvant dans le bâtiment le plus proche de l’incendie, mais n’a pas signalé de personne incommodée, ni de local endommagé. La police judiciaire du Val-de-Marne est chargée de l’enquête.

Un incendie en représailles de mises en examen ?

Lundi dernier, sept jeunes hommes soupçonnés d’avoir incendié au même endroit des voitures de surveillants avaient été interpellés. Les policiers les soupçonnaient d’avoir incendié à quatre reprises depuis mai des véhicules garés sur le parking de la deuxième plus grande prison de France.

Quatre d’entre eux, âgés de 16 à 21 ans, ont été mis en examen jeudi pour les incendies des 30 mai et 20-21 juin et un cinquième, âgé de 16 ans, a été placé sous le statut de témoin assisté pour ces mêmes faits, a indiqué le parquet de Créteil. Connus pour des petits délits, dont un pour trafic de stupéfiants, les mis en cause habitent tous à proximité de la prison. Leurs motivations restent pour l’heure inconnues, a précisé la même source. Une information judiciaire a été ouverte les concernant pour « dégradation du bien d’autrui par incendie et en bande organisée ».