Coquille Saint-Jacques: Les pêcheurs français quittent les négociations, l'accord passé avec les Britanniques tombe à l'eau

C'EST FINI Alors qu'ils avaient trouvé un accord à Londres, les discussions qui se poursuivaient à Paris ont rencontré des obstacles insurmontables...

20 Minutes avec AFP

— 

La coquille Saint-Jacques, un coquillage à l'origine de bien des rivalités entre les pêcheurs.
La coquille Saint-Jacques, un coquillage à l'origine de bien des rivalités entre les pêcheurs. — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Il n’y aura pas d’accord sur la coquille Saint-Jacques. Les pêcheurs français ont définitivement quitté la table des négociations qu’ils entretenaient avec leurs homologues britanniques aux « exigences exorbitantes ».

Il risque d’y avoir de nouveaux affrontements en mer entre les pêcheurs français et leurs voisins anglais. « C’est la fin de partie, on leur a fait une proposition hier soir qui nous semblait déjà plus qu’honnête, c’était la proposition qu’on leur avait faite vendredi. On leur avait dit "jusqu’à midi, on veut une réponse" », a déclaré Hubert Carré, responsable du comité national des pêches.

Coup de bluff (mais en fait non)

« C’est une position unanime de tous les représentants de professionnels. Maintenant c’est terminé, on ne se rassoit pas à une table des négociations », a ajouté Hubert Carré, selon qui les Britanniques n’ont pas répondu « parce qu’ils ont considéré que c’était un coup de bluff ».

La fin de ces discussions précipite la chute de l’accord qui avait été trouvé à Londres pour les bateaux de plus de quinze mètres. Les négociations ont accroché sur les autorisations des bateaux britanniques de moins de quinze mètres : en échange d’une limitation de la pêche de coquilles Saint-Jacques, pour préserver la ressource, les pêcheurs français ont proposé une compensation en pêche de soles et cabillauds.

La « guerre » de la coquille reprend

« Le point de blocage était la compensation », a déclaré de son côté Mike Park, responsable de l’association de pêcheurs écossais Scottish White Fish Producers Association, qui a pris part aux négociations.

Les Britanniques ont-ils été trop gourmands ? C’est l’explication avancée par les pêcheurs français. « Malgré les efforts importants que les professionnels français, travaillant en Manche, étaient prêts à consentir en termes de contrepartie à l’arrêt d’une activité des navires de pêche britanniques en Manche, ces derniers n’ont eu de cesse, durant les négociations, d’exprimer des prétentions exorbitantes », estime le comité national des pêches.

A l’issue de ce nouvel épisode dans la « guerre » de la coquille Saint-Jacques, les pêcheurs français et britanniques vont reprendre la mer sans accord. Avec le risque de nouveaux affrontements. « Je ne sais pas ce que vont faire les Britanniques, nous verrons bien », a déclaré Hubert Carré à l’évocation d’éventuelles échauffourées.

>> A lire aussi : «La bataille navale» autour de la coquille Saint-Jacques fait rage entre pêcheurs français et britanniques

>> A lire aussi : Une épave à la dérive après une collision en pleine mer

>> A lire aussi : Des plongeurs cherchent un sous-marin allemand, ils trouvent un cargo panaméen englouti en 1976