Lyon: A 16 ans, l’adolescent pilote un vaste business de produits de luxe contrefaits

CONTREFACONS Le jeune Lyonnais, arrêté mardi à Lyon, passait commande sur internet et se faisait livrer les produits de luxe fabriqués en Chine dans un entrepôt de la métropole...

E.F.

— 

Des dizaines de produits de luxe contrefaits ont été saisis à Lyon. Illustration.
Des dizaines de produits de luxe contrefaits ont été saisis à Lyon. Illustration. — C.Villemain/20 Minutes

Tout jeune et déjà à la tête d’un vaste réseau illégal. La police lyonnaise a mis un terme mardi à un gros business de vente de produits de luxe contrefaits animé par un garçon de 16 ans.

Son petit manège aurait pu durer quelque temps encore si, en début de semaine, les fonctionnaires de police n’étaient pas tombés, au hasard de l’une de leurs patrouilles, sur trois hommes en train de décharger des cartons d’un véhicule rue de l’Epée, dans le IIIe arrondissement de Lyon.

Des dizaines de copies Chanel, Dior, Gucci

A la vue des policiers, deux des hommes prennent la fuite, rapporte ce jeudi Le Progrès. Pris de court, le troisième est interpellé. Il indique alors où se trouvent ses deux complices, localisés quelques minutes plus tard dans un immeuble voisin.

Au fil de leur enquête, les hommes de la brigade de répression des cambriolages découvrent que ces malfaiteurs ne sont pas de simples voleurs mais qu’ils participent à un trafic de produits de luxe contrefaits. Des dizaines de ceintures, sacs, parfums, vêtements, copiant de prestigieuses marques comme Dior, Chanel ou encore Vuitton, sont alors saisies.

Convoqués en maison de justice

Fabriqués en Chine, ces articles ont été commandés par l’adolescent sur internet. Le garçon se faisait ensuite livrer sa marchandise dans un entrepôt de la métropole puis la stockait dans l’appartement de sa tante, rue de l’Epée. Les articles contrefaits étaient ensuite revendus dans le VIIe arrondissement de Lyon où vit l’adolescent.

Laissés libres à l’issue de leur garde à vue, les trois complices ont été convoqués en maison de justice et du droit, ajoute le quotidien régional.