Calvados: Une septuagénaire frappait son mari de 83 ans à coups de bâton et de balai, 4 mois de prison avec sursis

VIOLENCES CONJUGALES Pour avoir des preuves de cette maltraitance répétée, le fils du couple avait décidé de filmer sa mère…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration justice
Illustration justice — Jean-Marc Quinet/ISOPIX/SIPA

Une femme de 79 ans originaire de Giberville (Calvados) a été condamnée à 4 mois de prison avec sursis pour violences conjugales. Elle a été reconnue coupable de coups et blessures sur son mari, âgé de 83 ans. Le couple était marié depuis près de 60 ans, rapporte Actu.fr ce mercredi.

Le mari a porté plainte après avoir été frappé à deux reprises, en juin et juillet 2017. Il accuse sa femme de l’avoir frappé à la tête avec un morceau de bois et un balai. Les coups portés ont entraîné deux incapacités de travail de 5 et 3 jours.

La prévenue nie en bloc

Devant le tribunal correctionnel de Caen, la prévenue a nié en bloc les faits qui lui étaient reprochés. Mais le témoignage du fils du couple est venu mettre à mal la défense de la septuagénaire.

Devant les violences répétées subies par son père, ce dernier a en effet décidé de filmer sa mère, alors qu’elle était en train d’insulter son mari : « Pauvre con ! Saloperie ! », s’exclame la prévenue dans deux vidéos tournées le 27 juin et le 7 juillet 2017.

Les vidéos ? Des « montages »

Face à ces éléments, la prévenue a continué de nier toute violence envers son mari et qualifié les vidéos de « montages ». S’adressant au président, elle a demandé : « Comment voulez-vous que je frappe quelqu’un avec mon arthrite ? ».

Peu convaincu par sa défense de la septuagénaire, le parquet demandait 5 mois de prison avec sursis. La vieille dame a finalement été condamnée à 4 mois de prison avec sursis et 1.000 euros d’amende. Elle devra également verser 2.000 euros de dommages et intérêts à son mari, ainsi que 500 euros au titre des frais de justice.

>> A lire aussi : Retranché après avoir frappé son ex-compagne, un homme armé se rend 20 heures plus tard

>> A lire aussi : Harcelé à l’école, un enfant de 9 ans se suicide quatre jours après avoir fait son coming out