Etats-Unis: Harcelé à l’école, un enfant de 9 ans se suicide quatre jours après avoir fait son coming out

HARCELEMENT Le petit Jamel Myles se serait donné la mort sur les incitations de ses camarades de classe, quatre jours après avoir fait son coming out à l'école...

20 Minutes avec agence

— 

Un enfant de 9 ans aurait été victime de harcèlement à l'école après avoir fait son coming out. (Illustration)
Un enfant de 9 ans aurait été victime de harcèlement à l'école après avoir fait son coming out. (Illustration) — DURAND FLORENCE/SIPA

Un écolier originaire de Denver (Etats-Unis) s’est donné la mort ce jeudi après avoir été harcelé par ses camarades de classe, rapporte le Huffington Post. Jamel Myles, âgé de 9 ans, venait de faire son coming out sur les conseils de sa maman. Mais dans les jours suivants, il aurait subi des brimades et des moqueries de la part de ses camarades.

Quelques jours avant le drame, l’enfant avait révélé son homosexualité à sa mère. Celle-ci l’a assuré de son soutien pour mettre le petit garçon en confiance. « Il a été à l’école et disait qu’il allait dire à tout le monde qu’il était gay parce qu’il était fier de lui », a raconté Leia Pierce à la chaîne américaine KDVR.

« Je suis triste qu’il ne soit pas venu me voir »

Mais selon la maman, le petit garçon aurait été moqué par certains de ses camarades, qui l’auraient même poussé à se suicider. Jamel Myles se serait confié à ce sujet auprès de sa sœur aînée, des confidences qui ne sont malheureusement pas arrivées à temps aux oreilles de la maman. « Je ne peux imaginer ce qu’ils lui ont dit (…). Je suis triste qu’il ne soit pas venu me voir », a confié Leia à la version américaine du Huffington Post.

C’est elle-même qui a découvert le corps sans vie de son fils dans la soirée de jeudi. Un rapport des autorités médicales locales a confirmé la thèse du suicide. Lundi, une cellule de crise a été ouverte au sein de l’école où était scolarisé le petit garçon. Leia Pierce souhaite désormais s’engager dans la lutte contre le harcèlement scolaire, en mémoire de son fils décédé : « Nous, les parents, nous avons une responsabilité dans les faits de harcèlement. Je pense que les parents devraient être tenus responsables des actes de leurs enfants, car ce sont eux qui leur apprennent comment se comporter. »

>> A lire aussi : Belgique: Victime de harcèlement scolaire, un lycéen de 17 ans se suicide

>> A lire aussi : Violences sexistes à l'école: «Les garçons subissent parfois plus certaines violences que les filles»