Une mère de famille expulsée de l'avion parce que son bébé avait la varicelle

POLEMIQUE La passagère voyageait avec EasyJet entre Ajaccio et Lyon...

F.B.

— 

Un avion de la compagnie low-cost Easyjet.
Un avion de la compagnie low-cost Easyjet. — FRED SCHEIBER

Sarah Poggionovo, jeune mère de famille lyonnaise, est restée traumatisée par sa dernière expérience EasyJet. Le 13 août, vers 22h, elle venait d’embarquer avec sa fille âgée de 9 mois dans un avion de la compagnie britannique pour relier Ajaccio à Lyon. L’appareil s’apprêtait à décoller, leurs ceintures étaient bouclées, lorsqu’un steward remarqua des marques semblables à des boutons de varicelle sur le visage de l’enfant.

La fillette venait bel et bien de développer la maladie infantile mais sa mère expliqua qu’elle n’était plus contagieuse. « Les boutons avaient fait des croûtes, ce qui signifie que le virus n’était plus actif », justifie-t-elle dans les colonnes du journal Le Progrès.

Seule avec sa fillette et ses bagages sur le tarmac

Le personnel navigant, répondant à des consignes sanitaires, n’a rien voulu entendre et a ordonné à la passagère et à sa fillette de descendre immédiatement de l’appareil. « Ils m’ont alors balancé mes bagages et abandonnée sur le tarmac. Il faisait nuit, il n’y avait presque plus personne, et je me retrouve seule avec ma fille et mes grosses valises. Là, j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps », raconte la Lyonnaise, choquée.

Comme dans plusieurs compagnies aériennes, il faut un certificat médical attestant que la varicelle n’est plus contagieuse pour voyager à bord d’un appareil EasyJet.

>> A lire aussi : EasyJet réagit après un violent incident à bord d'un avion et l'évacuation de ses passagers