Bagarre à Orly: La garde à vue des deux rappeurs Booba et Kaaris prolongée

BAGARRE Les deux hommes et leurs proches se sont battus mercredi après-midi dans un hall de l'aéroport d'Orly...

20 Minutes avec AFP

— 

Montage de Booba et Kaaris.
Montage de Booba et Kaaris. — GABRIEL BOUYS/AFP-PJB/SIPA

Les gardes à vue des  rappeurs Booba et Kaaris ont été prolongées ce jeudi après-midi. Mercredi vers 15 heures, les deux hommes et une partie de leurs proches se sont battus au milieu de l'aéroport d'Orly. Quatorze personnes au total ont été placées en garde à vue pour violences volontaires, dont deux ont été mises hors de cause et relâchées jeudi matin, précise le parquet de Créteil. 

Sur les vidéos largement diffusées sur les réseaux sociaux par des passagers, on voit des hommes échanger des coups de poing et de pied entre les rayons d'une boutique de duty free et dans les couloirs de l'aéroport.

Les 13 personnes, auditionnées pour violences volontaires dans les locaux de la Police aux frontières (PAF), chargée de l'enquête, ont passé la nuit en garde à vue, a précisé le parquet. Les faits ont entraîné des légers retards de vols, la fermeture temporaire d'un hall, ainsi que des dégradations dans une boutique détaxée. La bagarre a été stoppé par l'intervention des forces de l'ordre. Les deux rappeurs se rendaient chacun de leur côté à Barcelone où il devaient se produire mercredi soir.

L'avocat de Kaaris accuse Booba d'avoir cherché la bagarre

Selon les avocats de Kaaris, Arash Derambarsh et Yacine Yakouti, le rappeur, qui était à l'aéroport en compagnie de six personnes, s'est retrouvé face à "une dizaine de personnes qui n'ont rien à voir avec la musique, qui ont juste envie de se bagarrer". "Il a été pris à partie par Booba qui a insulté son enfant et sa femme. Puis ils se sont tous rués sur lui. On le voit sur les vidéos, ils sont à trois contre un", a déclaré Me Derambarsh, estimant que son client était en situation de légitime défense. "Le plus grave, ce sont les armes par destination, des flacons de parfum et des bouteilles en verre", a-t-il ajouté. Contacté par l'AFP, l'avocat de Booba n'a pas souhaité s'exprimer pour l'heure.