Eure: Un maire accusé à tort d'avoir détourné 100.000 euros par un conseiller municipal

DIFFAMATION Un conseiller municipal malveillant a reconnu avoir joué au « corbeau » avec des tracts diffamatoires…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration: Une mairie dans la Sarthe.
Illustration: Une mairie dans la Sarthe. — GILE MICHEL/SIPA

Tel est pris qui croyait prendre. Un conseiller municipal du Fresne (Eure) a accusé à tort le maire de la commune d’avoir détourné de l’argent, rapporte La Dépêche d’Evreux ce lundi. L’édile avait porté plainte pour diffamation après avoir appris que des tracts circulaient sur son compte.

« Des résidents ont reçu dans leur boîte aux lettres un papier m’accusant d’avoir détourné la somme de 100.000 euros », explique Daniel Farieux. Après avoir récupéré un exemplaire, le maire s’est rendu à la gendarmerie. Une enquête a été ouverte, et la lettre anonyme a fait l’objet de diverses analyses dont une recherche d’empreintes digitales.

Le « corbeau » se dénonce en pleine séance

Tout a basculé lorsque le maire a fait part de son dépôt de plainte en séance plénière du conseil municipal. La révélation a fait l’effet d’un coup de tonnerre, puisque le « corbeau » s’est immédiatement dénoncé. Il s’agissait de Stéphane Girard, l’un des conseillers municipaux. Ce dernier « a immédiatement démissionné de son mandat de conseiller » et « s’est engagé publiquement à rétablir la vérité », rapporte Daniel Farieux.

Contacté par La Dépêche, l’ex-conseiller municipal a écrit une lettre publique dans laquelle il « atteste avoir tenu des écrits diffamatoires et mensongers envers M. Daniel Farieux, en particulier d’avoir détourné une importante somme d’argent ».

« Je le regrette amèrement et tiens à présenter à M. Farieux mes sincères excuses », écrit Stéphane Girard, qui assure mesurer « rétrospectivement tout le mal » causé à l’édile. Des excuses qui n’ont pas convaincu le maire de retirer sa plainte. L’enquête se poursuit donc et pourrait déboucher sur un procès.

>> A lire aussi : Mayenne: Condamné pour avoir envoyé des dizaines de lettres anonymes pendant 20 ans

>> A lire aussi : Affaire Grégory: Une expertise graphologique désigne Monique Villemin comme l'auteur de plusieurs courriers anonymes