Pau: Ce que l'on sait, après la découverte de cinq corps dans un appartement

ENQUETE Il s’agirait d’un « différend familial qui a tourné au massacre », témoigne un adjoint au maire présent sur place…

Mickaël Bosredon

— 

Le 10 juillet 2018, cinq corps ont été retrouvés dans un appartement de cette résidence, à Pau.
Le 10 juillet 2018, cinq corps ont été retrouvés dans un appartement de cette résidence, à Pau. — IROZ GAIZKA / AFP
  • Appelés pour un incendie, les pompiers sont tombés sur cinq corps, quatre adultes et un enfant.
  • Dans l'appartement, il y avait « du sang partout », et une femme « ligotée et bâillonnée avec de l'adhésif autour du cou ».
  • Selon plusieurs témoignages, les disputes étaient fréquentes au sein du couple.

Cinq corps – quatre adultes et un enfant – ont été découverts ce mardi matin dans un appartement du centre de Pau. La piste accidentelle a rapidement été écartée, pour privilégier la piste criminelle. Saisie, la police judiciaire est sur place. 20 Minutes fait le point sur l'enquête.

Que s’est-il passé ?

Les pompiers ont été appelés vers 6 h 40 pour des fumées qui se dégageaient d’un appartement, situé au premier étage d’une résidence de quatre étages rue Richelieu, dans le centre-ville de Pau. Arrivés sur place, ils ont trouvé cinq corps, quatre adultes et un enfant. L’incendie n’était pas très important, seul un canapé se consumait lorsque les pompiers sont entrés dans l’appartement. En revanche, « il y avait du sang partout », assure l’adjoint au maire de Pau en charge de la sécurité, présent sur place. La personne qui a donné l’alerte s’inquiétait elle-même car elle « voyait du sang couler sur le rebord d’une des fenêtres de l’appartement ».

Qui étaient les victimes ?

Selon une voisine qui résidait dans l’immeuble, l’appartement était occupé par un couple franco-espagnol, parents d’un enfant de deux ans. L’homme, âgé de 32 ans, était français. Sa femme, une Espagnole de 36 ans, était professeure d’espagnol au collège de La Hourquie, à Morlaàs. Les parents de la jeune femme, des Espagnols de Saragosse, étaient venus leur rendre visite. Une source proche de l’enquête a confirmé à l’AFP que les victimes étaient « deux couples et un enfant ».

Quels sont les scénarios privilégiés ?

Une source proche de l’enquête évoque la piste du drame familial. Contactée par 20 Minutes, la procureure de la République de Pau, Cécile Gensac, dit être dans l’attente du résultat des investigations des équipes spécialisées, avant de communiquer sur les circonstances de ce drame. Il n’empêche que des traces de violence ont été retrouvées et que la piste criminelle ne semble plus faire de doute.

« La jeune femme a été trouvée ligotée et bâillonnée avec de l’adhésif autour du cou », raconte une source proche de l’enquête à l’AFP. « Une grosse dispute a éclaté à 5 h du matin, j’ai entendu des cris d’enfant », a témoigné une voisine. D’après des voisins interrogés par Sud Ouest, les disputes étaient fréquentes au sein du couple. Selon un collègue de l’épouse, celle-ci aurait récemment porté plainte pour violences contre son mari. En revanche, il n’y a « pas de trace de violences apparentes sur l’enfant, qui serait mort des suites de l’incendie », probablement intoxiqué par les fumées.

Il semblerait « qu’il y ait eu un différend familial qui a tourné au massacre », résume Jean-Paul Brin, premier adjoint à la mairie de Pau.