Millas: Malgré l'interdiction, des véhicules empruntent le passage à niveau où a eu lieu la collision mortelle

FAITS DIVERS Le 14 décembre dernier, un TER a violemment percuté un car scolaire...

N.B.

— 

A Millas, le bus scolaire a été coupé en deux.
A Millas, le bus scolaire a été coupé en deux. — N. Bonzom / Maxele Presse

Le 14 décembre, une violente collision entre un car scolaire et un TER endeuillait la commune de Millas, dans les Pyrénées-Orientales. Six enfants, qui rentraient du collège, ont trouvé la mort dans ce drame, dont l’enquête est toujours en cours.

Depuis, le passage à niveau, théâtre de cet accident, a été fermé aux trains comme aux véhicules, qui ne peuvent plus emprunter la petite route. Mais comme l’a constaté France 3 Occitanie, certains bravent l’interdiction : des automobilistes en colère ont enlevé une partie des barrières qui bloquaient l’axe, et passent les voies en zigzaguant.

« Pourquoi c’est encore fermé ? »

Et ils sont nombreux : pas moins d’une cinquantaine en une heure passe par ce passage à niveau de Millas, évitant ainsi les déviations, d’après la chaîne.

« Ma fille habite là au coin, alors, des fois oui, des fois non, témoigne l’un d’eux. De toute façon, y’a pas de trains qui passent. Alors, pourquoi c’est encore fermé ? » Le préfet a pris contact avec le magistrat chargé de l’enquête, à Marseille, pour régler le problème.