Angoulême: Un père soupçonné dans la mort de son enfant présentant les marques du «bébé secoué»

JUSTICE L’autopsie du nourrisson a révélé des lésions multiples évoquant le « syndrome du bébé secoué »…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'un nourrisson.
Illustration d'un nourrisson. — DIDIER PALLAGES / AFP

Un père de famille, soupçonné d’avoir provoqué la mort de son enfant de trois mois, a été présenté ce samedi à un juge en vue de sa mise en examen. Selon le parquet d'Angoulême (Charente), le bébé a été découvert mort mercredi par sa mère au domicile du couple, alors que l’enfant était placé sous la garde du père pendant que sa compagne se rendait à un rendez-vous médical. Les secours avaient été appelés sur place.

L’autopsie du nourrisson, pratiquée le lendemain, a mis en évidence des « fractures anciennes et récentes », de « multiples hématomes au niveau de la tête », des «marques de bébé secoué». 

Des faits passibles de trente ans de réclusion criminelle

Les parents ont été placés en garde à vue vendredi matin. A l’issue de cette dernière, le père, âgé de 33 ans, a été présenté à un juge d’instruction en vue de sa mise en examen pour « violences sur mineur ayant entraîné la mort par ascendant », des faits passibles de trente ans de réclusion criminelle. La mère, âgée de 22 ans, devait également être présentée à un juge pour « non-assistance à personne en danger ».

Selon la Haute autorité de santé​, plusieurs centaines d’enfants, la plupart de moins d’un an, sont victimes chaque année en France de la forme de maltraitance qu’est le « syndrome du bébé secoué », avec une mortalité de 20 % en moyenne.

>> A lire aussi : Syndrome du bébé secoué: Un test sanguin pour mieux détecter les traumatismes crâniens

>> A lire aussi : Angers: Le père d'un bébé secoué condamné à 25 ans de prison pour l'assassinat de la nourrice

>> A lire aussi : Bébé secoué à Créteil: «On faisait confiance à la nourrice, elle nous a volé notre fille», témoignent ses parents