VIDEO. Jeune tué à Nantes: Vers une mise en examen du CRS auteur du coup de feu

VIOLENCES URBAINES Le procureur de la République demande des poursuites contre le policier ayant tué un jeune homme mardi soir quartier du Breil à Nantes...

J.U et F.B.

— 

Pierre Sennès, procureur de la République de Nantes.
Pierre Sennès, procureur de la République de Nantes. — S.Salom-Gomis/Sipa

Trois jours après la mort d’Aboubakar Fofana, jeune homme de 22 ans, quartier du Breil-Malville à Nantes, le policier auteur du coup de feu mortel a été présenté ce vendredi au parquet de Nantes. Après avoir évoqué une situation de légitime défense, le CRS originaire de Bergerac a finalement avoué avoir tiré accidentellement et était en cours de défèrement au parquet, ce vendredi soir. Le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, annonce avoir requis sa mise en examen.

Il risque 20 ans de prison

« J’ai requis le placement sous contrôle judiciaire du mis en cause ainsi que la saisine de deux magistrats instructeurs » dans le cadre d’une information judiciaire ouverte pour « coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner » avec « la circonstance aggravante que les faits ont été commis par une personne dépositaire de l’autorité publique avec usage d’une arme », indique Pierre Sennès au cours d’une conférence de presse. On devrait savoir dès ce soir si ces réquisitions sont suivies. L’auteur de ce type d’infraction encourt 20 ans de réclusion criminelle.

Les investigations se poursuivent

Juste après le drame, la police nationale affirmait que le CRS, âgé d’une cinquantaine d’années, avait agi en légitime défense. Une version immédiatement contestée par les riverains et témoins de la scène. Le procureur a donné de premiers éléments sur le déroulé des faits mais les deux magistrats devront poursuivre les investigations.

Pierre Sennès a également indiqué que la famille de la victime allait pouvoir se constituer partie civile. « Ils pourront consulter le dossier et solliciter toutes les investigations qu’ils souhaitent pour la manifestation de la vérité ».

>> A lire aussi : «Attention à ne pas faire d'amalgame», réagissent les syndicats de police