VIDEO. Jeune tué à Nantes: Le procureur promet une «enquête approfondie» et lance un appel à témoins

FAITS DIVERS Le procureur de la République de Nantes a précisé ce mercredi soir les premiers éléments sur les faits. Dans l'attente de nouveaux témoignages...

Frédéric Brenon

— 

Le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès.
Le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès. — L.Venance/AFP
  • Mardi soir, vers 20h30, Boubakar, 22 ans, a trouvé la mort au volant d'une voiture Nissan à l'issue d'un contrôle de police.
  • Son décès a déclenché une vague de colère et de dégradations dans le quartier du Breil puis dans plusieurs quartiers populaires nantais.

Près de vingt-quatre heures après le décès d'un jeune homme de 22 ans à l’issue d’un contrôle de police, quartier du Breil-Malville à Nantes, le procureur de la République, Pierre Sennès, a donné une conférence de presse. La police assure que le policier a tiré en état de légitime défense. Une version contestée par des habitants du quartier qui affirment avoir assisté à la scène. Ce qu’il faut retenir des déclarations du procureur ce mercredi soir.

Le contexte du contrôle de police. « Il y a depuis plusieurs jours une présence policière accrue dans ce quartier du Breil. Il faut savoir que, la semaine dernière, plusieurs individus armés ont mitraillé la façade d’un immeuble. Une jeune fille a été blessée par un éclat de balle perdue. C’est vous dire qu’il y avait déjà un climat de tension particulier. »

Une fausse identité, une fuite, un coup de feu. « Mardi soir, vers 20h30, un équipage de CRS composé de six fonctionnaires de police a procédé au contrôle d’un véhicule Nissan ayant à son bord une seule personne. Il est apparu que le conducteur a donné une fausse identité. Les policiers l’ont invité à se garer pour le conduire au commissariat de police de Nantes dans le cadre d’une procédure de vérification d’identité. Le conducteur a, semble-t-il, cherché à se soustraire à ce contrôle en opérant une marche arrière à vive allure. C’est peut-être le fait que cette personne ait fait l’objet au mois de juin 2017 d’un mandat d’arrêt pour des faits de vols en bande organisée et recel d’association de malfaiteurs. Un des policiers a suivi la progression du véhicule jusqu’à se positionner à proximité de la place conducteur et il a tiré à une seule reprise. Des circonstances confirmées par le médecin légiste qui a procédé à l’autopsie du corps ce matin. La balle a atteint la victime au cou, provoquant sa mort. »

Une enquête « approfondie » pour une « affaire grave ». « Dès hier soir j’ai saisi l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) et le service régional de la police judiciaire (SRPJ) de Rennes avec pour mission de procéder à une enquête approfondie en les invitant à se concentrer sur deux points importants. Quel a été le comportement du conducteur au volant du véhicule ? Dans quelles circonstances le policier a été amené à faire usage de son arme de service ? En clair : établir si l'usage de l'arme est conforme aux dispositions légales. A l’heure où je vous parle, je ne suis pas en mesure d’apporter une réponse définitive à ces deux questions. Nous sommes conscients que cette affaire est particulièrement grave. Un jeune homme de 22 ans a perdu la vie. Sa famille est en droit d’attendre une enquête approfondie. »

Un appel à témoins et cinq auditions ce mercredi. « L’enquête a démarré tôt ce matin. Les enquêteurs s’attachent à récupérer tous les documents visuels diffusés sur les réseaux sociaux. Des constations ont été faites sur place afin de fixer précisément le positionnement de toutes les personnes. L’IGPN est en train de réaliser quatre auditions. Un appel à témoins a été lancé pour inviter toute personne susceptible de faire avancer l’enquête à se faire connaître. Une personne s’est présentée cet après-midi, son témoignage intéresse les enquêteurs. »

Appel au calme lancé par la famille. « J’ai eu un entretien avec l’avocat de la famille de la personne décédée. Il m’a indiqué que l’état d’esprit de la famille était de lancer un appel au calme et à l’apaisement. Je m’associe bien évidemment à cet appel. »

Des réponses jeudi? « Je pense que demain, si les choses se déroulent comme je le souhaite, je serai en mesure d’apporter des réponses plus précises et de faire connaître mes conclusions. »

>> A lire aussi : Nantes: Qui était le jeune homme tué lors d'un contrôle de police la nuit dernière?

>> A lire aussi : Jeune homme tué à Nantes: Des riverains contestent la version de la police

>> A lire aussi : Nantes: Flambée de violence après la mort d'un jeune lors d'un contrôle de police