Evasion de Redoine Faïd: «Je n'avais pas le choix», raconte le pilote de l'hélicoptère pris en otage

TEMOIGNAGE « J’ai reçu des coups de crosse parce que l’hélico ne redémarrait pas », a notamment expliqué le pilote instructeur…

H. B.

— 

L'hélicoptère abandonné par Redoine Faïd.
L'hélicoptère abandonné par Redoine Faïd. — AFP

C’est la première fois qu’il s’exprime depuis la spectaculaire évasion de Redoine Faïd. Stéphane Buy, le pilote d’hélicoptère pris en otage dimanche lors de l’évasion du braqueur multirécidiviste, a raconté ce mercredi son calvaire au micro de RTL.

Le pilote, instructeur sur l’aérodrome de Lognes (Seine-et-Marne), a expliqué avoir été pris en otage par deux individus, venus faire un baptême de l’air comme il avait l’habitude d’en proposer. « C’était la deuxième ou troisième fois que je les voyais », a-t-il expliqué. « Pour moi, c’était un baptême comme un autre ».

Menaces et coups de crosse

Le vol devait se faire dans un hélicoptère quatre places, mais les élèves ont insisté pour voler sur l’Alouette, un appareil cinq places. « Je dis "non, je ne peux pas prendre cette machine, elle n’est pas dédiée à ça" (…) Là, tout bascule, ils m’agressent (…) Ils m’ont contraint et prévenu que ma famille était en danger », raconte Stéphane Buy, encore très ému. « J’avais pas le choix, avec deux colts » braqués sur lui, ajoute-t-il.

L’hélicoptère décolle puis se pose une première fois. Les deux hommes expliquent au pilote qu’ils vont chercher un ami à la prison de Réau (Seine-et-Marne). Après plusieurs manœuvres, l’appareil refuse soudainement de redémarrer. « C’est là que ça a été le cauchemar (…) J’ai reçu des coups de crosse parce que l’hélico ne redémarrait pas. Je suis tombé par terre, enfin l’hélico a redémarré », explique le pilote.

L’hélicoptère s’est ensuite posé dans la cour de la prison de Réau pour embarquer le braqueur récidiviste. « Il a été très silencieux, je ne savais pas à qui j’avais affaire », raconte le pilote. Quelques instants plus tard, l’appareil atterrit près de Roissy. Le commando s’échappe en voiture après avoir libéré le pilote et tenté d’incendier l’appareil.