Evasion de Redoine Faïd: «La traque d’un fugitif peut être longue»

TRAQUE Quatre ou cinq personnes, à ce stade non identifiées, feraient partie du commando qui a aidé le braqueur multi-récidiviste à s’évader de la prison du Réau (Seine-et-Marne)…

C.Po (avec T.C)

— 

Avis de recherche de Redoine Faïd, diffusé le 2 juillet.
Avis de recherche de Redoine Faïd, diffusé le 2 juillet. — AP/SIPA
  • Redoine Faïd, 46 ans, s’est évadé dimanche de la prison de Réau (Seine-et-Marne).
  • Condamné à plusieurs reprises pour des braquages, c’est la deuxième fois qu’il parvient à s’évader de détention.
  • Une centaine d’enquêteurs de la police judiciaire sont à ses trousses.

Trois jours après l’évasion spectaculaire de Redoine Faïd de la prison du Réau, en Seine-et-Marne, l’enquête a pris un nouveau tournant. « On est entré dans la phase deux », a confié ce mardi Philippe Véroni, le sous-directeur de la lutte contre la criminalité organisée. En clair : après avoir tenté d’interpeller le fugitif dans les premiers moments de sa cavale en misant sur un important dispositif policier, c’est désormais un travail de fourmi qui attend la centaine d’enquêteurs de la police judiciaire désormais mobilisés. Recueil de témoignages, analyses technique et scientifique, recoupement de renseignements criminels… « La traque d’un fugitif peut être longue », met en garde le haut gradé.

Philippe Veroni, mardi 3 juillet 2018
Philippe Veroni, mardi 3 juillet 2018 - Thibaut Chevillard

Car les enquêteurs le savent : Redoine Faïd est loin d’être un novice et sa cavale est probablement à l’image de son évasion, « mûrement réfléchie et préparée ». Selon le sous-directeur de la lutte contre la criminalité organisée, la fuite de cette figure du grand-banditisme dépendra en partie « du matelas financier dont il dispose ». « Une cavale, ça coûte cher. » Pour l’instant, au regard des premiers éléments de l’enquête, les policiers estiment qu’il se trouve toujours sur le territoire national. « Le but est d’éviter qu’il réitère des faits graves », insiste Philippe Véroni.

La question des complicités

Selon les premiers éléments de l’enquête, le commando était composé « quatre ou cinq personnes », à ce stade non identifiées. Tous sont considérés comme des « très proches, des fidèles » de Redoine Faïd, prêts à risquer leur vie au moment de l’évasion ou sur le plan judiciaire s’ils se font interpeller. La police procède actuellement à un recentrage de ces individus pour tenter de les identifier. Quant à la question d’une complicité interne à la prison, « c’est une question que l’on se pose », a reconnu Philippe Véroni.

Une chose semble certaine : Redoine Faïd est « un criminel d’envergure », un individu « excessivement dangereux » qui ne se laissera pas interpeller facilement. Pour cause : il avait été condamné à 10 ans de prison supplémentaire pour s’être évadé de la prison de Lille-Sequedin en 2013. Les policiers déploieront donc pour l’arrêter « un dispositif conséquent ». « Il joue quelque part sa vie. »

>> A lire aussi : Evasion de Redoine Faïd: Comment les policiers traquent-ils le fugitif?

>> A lire aussi : Le transfèrement de Redoine Faïd avait été demandé quelques jours avant son évasion