VIDEO. Meurtre de Sophie Lionnet: Les accusés disposent de 28 jours pour faire appel

PROCES Ouissem Medouni et Sabrina Kouider ont été condamnés à la prison à vie pour le meurtre de Sophie Lionnet, en septembre dernier...

Thibaut Chevillard

— 

Old Bailey, la Cour criminelle de Londres
Old Bailey, la Cour criminelle de Londres — Thibaut Chevillard
  • Le corps calciné de Sophie Lionnet, 21 ans, a été retrouvé en septembre dernier dans le jardin de ses employeurs, à Londres, au Royaume-Uni.
  • Ouissem Medouni, 40 ans, et Sabrina Kouider, 35 ans, ont été reconnus coupables de son meurtre le 24 mai dernier.
  • Le juge Hilliard a décidé de le condamner à la prison à vie.
  • Ils peuvent demander la permission de faire appel dans un délai de 28 jours.

« Vous saviez tous les deux que ce que vous faisiez était terriblement mal. » Le juge Nicholas Hilliard a annoncé, ce mardi, qu’il avait décidé de condamner Sabrina Kouider et Ouissem Medouni à la prison à vie pour le meurtre de Sophie Lionnet, commis en septembre dernier. Le couple s’était persuadé que leur jeune fille au pair complotait avec Mark Walton, l’un des fondateurs du groupe Boyzone et père d’un des enfants de Sabrina Kouider, pour droguer et abuser sexuellement des membres de leur famille. « C’était une fiction complète », a souligné le magistrat.

Comme le confiait récemment Corinne Lionnet, la tante de Sophie Lionnet, lors des obsèques de la jeune fille à Sens (Yonne), l’annonce du verdict marque la fin d’un long calvaire pour la famille de la victime. « On va pouvoir commencer notre deuil. » Mais les deux accusés peuvent toujours demander l’autorisation à la justice britannique de faire appel, comme l’explique à 20 Minutes, Maître Solenn le Tutour, une avocate inscrite aux barreaux de Paris et de Londres.

28 jours

« Ils disposent de 28 jours à partir du prononcé de la peine pour formuler leur demande. Mais l’autorisation de faire appel n’est pas accordée automatiquement pour autant », précise-t-elle. S’ils décident de faire appel, un juge va examiner les arguments qu’ils mettent en avant. La division criminelle de la cour d’appel va ensuite soit confirmer la décision de première instance, soit la rejeter. Toutefois, en Angleterre, il est assez rare, comme le soulignent plusieurs avocats spécialistes du droit anglo-saxon contactés par 20 Minutes, que cette autorisation soit donnée.

Au terme d’un procès long de deux mois, on ne sait toujours pas lequel des deux accusés a porté le coup mortel à Sophie Lionnet dans la nuit du 18 au 19 septembre 2017, tous deux se renvoyant la balle. Mais pour la justice, les deux Français sont responsables. Les douze jurés qui ont assisté aux débats ont, à l’unanimité, déclaré coupable, le 24 mai dernier, cette mère de famille de 35 ans du meurtre de la jeune fille au pair. Quant à Ouissem Medouni, 40 ans, dix jurés sur douze ont estimé qu’il était lui aussi coupable d’avoir tué Sophie Lionnet.

« Il n’y a pas d’excuse »

Lors du procès, cet ancien analyste financier est davantage apparu comme un homme qui avait suivi sa compagne dont il était fou amoureux dans son délire paranoïaque, au centre duquel se trouvaient Sophie Lionnet et le chanteur de Boyzone, Mark Walton. Mais il a été démontré qu’il s’est, lui aussi, acharné sur la pauvre jeune fille, notamment lors de violents interrogatoires que le couple lui faisait subir dans le but d’obtenir des aveux. « Il n’y a pas d’excuse pour la terrible cruauté et l’humiliation » subies par Sophie Lionnet, a expliqué le juge Hilliard.

>> A lire aussi : « Ma petite Sophie chérie, je te dis au revoir»... Dernier hommage à Sophie Lionnet, jeune fille au pair tuée à Londres

>> A lire aussi : Meurtre de Sophie Lionnet: «Faire une vidéo et ensuite éliminer la personne, c’est ridicule»

>> A lire aussi : Meurtre de Sophie Lionnet: Que nous a appris le procès des deux accusés?