Terrorisme: Des attentats djihadistes bientôt perpétrés par des «enfants soldats» en Europe?

ENQUETE D’après les dépositions d’un «revenant» français de Syrie, c’était le projet du Groupe Etat islamique avant sa déroute. Des Français seraient à l’origine de l’idée…

Rachel Garrat-Valcarcel

— 

Le Groupe Etat islamique a énormément reculé territorialement depuis deux ans.
Le Groupe Etat islamique a énormément reculé territorialement depuis deux ans. — STR/AP/SIPA

Des enfants soldats presque uniquement élevés pour commettre des attentats djihadistes en Europe ? C’est un des funestes projets du Groupe Etat islamique, si en en croit les dépositions d’un « revenant » de Syrie, Jonathan Geffroy, arrêté au début de l’année 2017, que le journal Le Monde s’est procuré. Cette stratégie n’est pas tout à fait une découverte : les services antiterroristes occidentaux redoutent depuis longtemps ces « lionceaux du califat ». Mais on a cette fois des détails. Car Jonathan Geffroy était un proche de deux « célèbres » djihadistes français : Jean-Michel et Fabien Clain. Ce sont eux qui auraient proposé cette idée à leurs chefs.

« Je sais que les futures opérations extérieures seront commises par des enfants qui auront grandi sur zone et qui, passé l’adolescence, seront envoyés en Occident, en Europe et en France, pour y mener des opérations suicides, a expliqué Jonathan Geffroy aux enquêteurs. Mais surtout, ils seront méconnaissables du fait qu’on ne pourra pas les identifier au faciès (…). Mais c’est un projet au long cours, car ils veulent qu’ils grandissent pour pas qu’il y ait de reconnaissance faciale. »

Quid depuis la perte de Raqqa ?

Le groupe Etat islamique est en déroute, en Syrie, après avoir perdu sa capitale Raqqa, fin 2017. Difficile évidemment de dire si ces projets sont toujours en court. Sachant que le Français a, lui, quitté le terrain au début de la même année. « Quand je suis parti, (le projet) en était au stade opératoire. Le plan a été (…) par Clain, je pense Fabien, ou Jean-Michel. Ça a été validé, donc je pense que ça va se faire, quand ils disent une chose, ils le font », affirme Geffroy, toujours d’après les informations du Monde.

Par ailleurs, l’ancien djihadiste français parle de projets d’attaque par drone ou dans des zones rurales françaises. Des « petits attentats » mais destinées à créer « la terreur » dans les campagnes du pays. L’homme de 35 ans, toujours emprisonné, risque trente ans de prison.

>> A lire aussi : Terrorisme: Les «revenants» moins nombreux que prévu selon Europol