Marseille: 200 kg de résine de cannabis perquisitionnés à La Castellane, le plus gros réseau de la ville

TRAFIC DE STUP Les policiers ont mené une opération lundi matin dans la cité de la Castellane où ils ont perquisitionné pas moins de 200 kg de résine de cannabis…

A.M.

— 

Vue en date du 15 juin 2015 de La Castellane à Marseille
Vue en date du 15 juin 2015 de La Castellane à Marseille — BERTRAND LANGLOIS AFP

Un impressionnant coup de force. Les policiers de l’OCTRIS (Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants) accompagnés de la BRI (Brigade de recherche et d’intervention), le GIR (Groupe d’intervention régional), la sécurité publique et les CRS, soit près de 250 policiers, ont investi la cité de la Castellane (16e arrondissement) à Marseille, lundi matin.

Ils ont perquisitionné près d’une trentaine de caches et d’appartements dans lesquels ils ont trouvé 200 kilos de résine de cannabis, des pistolets, des kalachnikovs et des dizaines de milliers d’euros en liquide, rapporte La Provence. Une quinzaine de personnes ont été interpellées.

L’un des réseaux les plus rentables de Marseille

La cité de la Castellane est réputée pour être l’un des réseaux les plus rentables de Marseille. En 2013, les policiers avaient déjà mis à mal le plan dit de « la tour K » avec la saisie de 1.3 millions d’euros et la condamnation de Nordine Achouri, présenté comme le patron du réseau, à huit ans de prison. Les enquêteurs avaient estimé le chiffre d’affaires quotidien de ce réseau de revente à près de 50.000 euros.

Cette condamnation avait suscité la convoitise d’autres équipes de revendeurs, et notamment l’opération paramilitaire de février 2015, pour lesquels les protagonistes ont été récemment condamnés. Selon un enquêteur cité par La Provence, « ce réseau avait quasiment retrouvé sur le même niveau qu’il y a cinq ans ».

>> A lire aussi : Justice: Jusqu'à 13 ans de prison dans l'affaire de la fusillade de la Castellane à Marseille

>> A lire aussi : Marseille : Face aux règlements de compte et leurs victimes collatérales, les habitants se sentent abandonnés