Nice: Devant la mairie, un homme menaçant et muni d'un cutter interpellé

FAITS DIVERS Il a été placé en garde à vue cette nuit... 

Mathilde Frénois

— 

Illustration de la police municipale de Nice
Illustration de la police municipale de Nice — E. Dessons / SIPA
  • Les policiers ont interpellé une personne pour menaces de mort aggravées. Il avait en sa possession un cutter.
  • La scène s’est déroulée dans la nuit de dimanche à lundi, dans la rue Alexandre Mari à Nice, devant la mairie principale.
  • L’homme a été placé en garde à vue.

Cette nuit, des policiers étaient postés devant la mairie de Nice. C’est là qu’ils ont arrêté une personne pour menaces de mort aggravées. Il avait en sa possession un cutter.

« Il s’agit de l’interpellation d’un individu ivre et qui ne jouit pas de toutes ses facultés mentales. Il est déjà défavorablement connu des services de police. Nous ne voyons pas forcément de caractère terroriste dans l’acte de quelqu’un manifestement déséquilibré », explique un policier, confirmant une information de RTL.

Un cutter et un petit couteau

Dans la nuit de dimanche à lundi, dans la rue Alexandre Mari à Nice, cet homme a été repéré par les caméras de vidéo surveillance. Il avait une attitude agitée. « Il avait son téléphone portable et il filmait la façade de la mairie principale et l’implantation des caméras, raconte le policier municipal qui était présent au moment des faits. Il a fait le tour de notre véhicule en nous filmant, a craché sur notre pare-brise et nous a insultés ».

Alors que son téléphone était en mode haut parleur, il a aussi crié : « Ce sont des versets du Coran, vous êtes des infidèles ! » Lors de l’interpellation, les agents découvrent un cutter au niveau de la ceinture puis un petit couteau en possession de cet homme « très agité, très perturbé ».

Aucun blessé

Selon la radio, l’homme aurait crié : « Vous êtes tous des mécréants, je vais vous tuer ». Puis il a menacé de mort le maire de Nice Christian Estrosi, son adjoint et un autre membre de l’équipe municipale.

Selon une source proche du dossier contactée par 20 Minutes, ni les policiers, ni l’interpellé n’ont été blessés. Ce dernier, qui avait déjà été interpellé ce vendredi, a été placé en garde à vue.