Sète: Intervention du GIGN à Poussan, la jeune femme a été frappée et tondue par ses frères

MOYEN-ÂGE La gendarmerie a donné des détails sur l’intervention du GIGN et de 80 militaires pour sauver une jeune femme séquestrée, frappée et humiliée par sa famille…

Jerome Diesnis

— 

Le GIGN lors de l'intervention à Poussan, le 6 juin
Le GIGN lors de l'intervention à Poussan, le 6 juin — Gendarmerie de l'Hérault

Des gendarmes de Pézenas, épaulés par le GIGN, un hélicoptère, des gendarmes mobiles et des équipes cynophiles, soit quatre-vingts militaires au total, étaient intervenus le 6 juin dans une maison occupée par des gens du voyage sédentarisés à Poussan, au bord de l’étang de Thau ( Hérault). Les gendarmes d’élite étaient venus sauver une jeune femme kidnappée depuis trois jours par plusieurs membres de sa famille.

Ceux-ci lui avaient tendu un piège en l’attirant dans leur domicile. Ils s’opposaient à ce qu’elle refasse sa vie avec un nouveau compagnon, à Bordeaux. Quelques jours plus tôt, ils avaient tenté de la kidnapper, déjà. Mais le commando cagoulé qui s’était rendu en Gironde ne l’avait pas trouvée au domicile de son nouveau compagnon. Il s’en était violemment pris à son frère, présent sur les lieux.

Des images d’humiliation filmées sur Internet

Sur son compte Facebook, la gendarmerie de l’Hérault a donné davantage de précision sur cette intervention et sur les violences subies par la jeune femme âgée de 21 ans. Frappée, elle a également été tondue. Des violences et des humiliations diffusées sur Internet.

Les membres du GIGN avaient essuyé un coup de feu. La balle s’était logée dans le bouclier d’un militaire. Les gendarmes avaient pu maîtriser le tireur sans riposter et la jeune femme a pu être libérée. Le 8 juin, quatre suspects ont été déférés devant le parquet de Montpellier : les trois frères ont été écroués et une femme placée sous contrôle judiciaire.

>> A lire aussi : Sète: Le GIGN intervient pour libérer une femme séquestrée