Villeurbanne: Deux sœurs soupçonnées d'avoir fait incendier leur salon de coiffure pour arnaquer l'assurance

FAITS DIVERS Dans le sinistre, le garçon de 19 ans qui aurait été payé pour mettre le feu a été grièvement brûlé...

E.F.

— 

Lyon, le 6 juillet 2015. Illustration d'un véhicule des pompiers du Rhône.
Lyon, le 6 juillet 2015. Illustration d'un véhicule des pompiers du Rhône. — Elisa Frisullo / 20 Minutes
  • Le 22 février, le salon de coiffure géré par deux sœurs était parti en fumée à Villeurbanne.
  • Ces deux femmes sont soupçonnées d’avoir commandité l’incendie pour escroquer les assurances.

Le 22 février dernier, leur salon de coiffure, situé rue Francis de Pressensé à Villeurbanne, près de Lyon, était parti en fumée. Deux sœurs de 24 et 33 ans, un Villeurbannais de 19 ans et un habitant de Meyzieu de 45 ans ont été interpellés mardi dans le cadre d’une enquête ouverte il y a plusieurs mois pour « destruction volontaire de bien privé par incendie et tentative d’escroquerie ».

Le soir de l’incendie, l’homme de 19 ans avait été retrouvé à l’intérieur du local commercial et un jerrican d’essence avait été découvert sur les lieux. Ce Villeurbannais avait été admis aux urgences de l’hôpital Edouard Herriot avec de graves brûlures au niveau des membres inférieurs.

Ecoutes téléphoniques

Les deux sœurs, confondues grâce à des écoutes téléphoniques, sont soupçonnées d’avoir fait appel au garçon de 19 ans pour incendier leur salon de coiffure et escroquer leur assurance. Les deux cogérantes « avaient fait l’objet d’une mesure d’expulsion peu après le sinistre à la suite de nombreux impayés », précise ce jeudi la police lyonnaise. Au lendemain de l’incendie, elles avaient porté plainte et déclarer l’incendie criminel à leur assurance.

Lors de leur garde à vue, les sœurs et l’homme de 45 ans ont nié « toute implication dans cet incendie et toute manœuvre pour escroquer les assurances », ajoute la police. L’homme de 19 ans a en revanche expliqué avoir mis le feu au salon de coiffure en l’échange de 500 euros suite à un contact avec un homme dont il a refusé de révéler l’identité.

L’homme de 45 ans a été laissé libre, faute de preuves à son encontre. Les sœurs et l’incendiaire présumé doivent être présentés ce jeudi au parquet de Lyon.