Homme battu à mort à Pau: Deux suspects mineurs placés sous contrôle judiciaire

FAITS DIVERS Un troisième homme demeure en détention provisoire…

C.C. avec AFP

— 

Police judiciaire. Illustration.
Police judiciaire. Illustration. — Pastornicolas/SIPA

Deux mineurs mis en examen et écroués dans le cadre de l’enquête sur le meurtre mi-mai à Pau d’un trentenaire d’origine burkinabé, battu à mort par des adolescents, ont été libérés mercredi et placés sous contrôle judiciaire.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Pau a ordonné le placement sous contrôle judiciaire des deux mineurs « avec résidence chez leurs parents et un suivi par l’unité éducative en milieu ouvert à Pau », a indiqué Dominique Boiron, magistrat à la cour d’appel. Cette décision a été « prise dans l’attente d’investigations supplémentaires, au vu du rôle ou non que ces personnes ont eu dans le décès de la victime », a ajouté le magistrat.

Qui a porté le coup fatal ?

Les deux mineurs, âgés de 16 et 17 ans, sans casier judiciaire, ont été mis en examen le 23 mai pour « homicide volontaire ». Pour Me Frédéric Arcaute, défenseur du mineur âgé de 17 ans, d’origine tchétchène mais de nationalité française : « ce n’est qu’une étape, il faut faire toute la lumière sur cette affaire, notamment sur la personne qui a porté le coup fatal à la victime ». Un troisième homme, majeur depuis peu, également mis en examen pour « homicide involontaire » dans cette affaire, demeure en détention provisoire.

La victime, un homme de 32 ans né au Burkina Faso mais de nationalité française, avait été battue à mort le 18 mai par une bande d’adolescents dans une aire de jeu du quartier Sarragosse à Pau, sous les yeux de plusieurs témoins dont des mères de famille. La veille du meurtre, l’homme avait eu une première altercation avec des jeunes, pour un motif encore indéterminé.

>> A lire aussi : Homme battu à mort à Pau: Deux mineurs mis en examen pour homicide volontaire

>> A lire aussi : Homme battu à mort à Pau: «Saragosse, ce n’est pas un quartier où la violence explose»

>> A lire aussi : Homme battu à mort à Pau: Un troisième mineur en garde à vue