VIDEO. Prise d'otages dans le 10e arrondissement de Paris: L'auteur en garde à vue, les otages sains et saufs

POLICE L’homme était retranché avec deux personnes dans la rue des Petites-Écuries, dans le 10e arrondissement de Paris…

Caroline Politi et Thibaut Chevillard

— 

Prise d'otages à Paris, rue des Petites-Ecuries, dans le 10e arrondissement.
Prise d'otages à Paris, rue des Petites-Ecuries, dans le 10e arrondissement. — Alain JOCARD / AFP
  • Deux personnes étaient retenues en otage depuis 16 h environ dans la rue des Petites-Écuries.
  • Le suspect a été interpellé aux environs de 20 h.
  • Il n’y a pas de victime.

La prise d'otages aura duré près de quatre heures, en plein cœur de Paris. Un forcené était retranché depuis 16 h environ avec deux personnes dans la cour intérieure d’un immeuble de la rue des Petites-Écuries, dans le 10e arrondissement de la capitale, a-t-on appris auprès de sources concordantes. L’assaut a eu lieu peu avant 20 h après d’âpres négociations qui n’ont pas abouti. L’assaillant a été interpellé, puis placé en garde à vue et les otages ont été libérés sains et saufs, indique une source policière. L’un des deux a néanmoins été aspergé d’essence, précise cette dernière.

Un homme avait également été légèrement blessé au visage par l’assaillant avant qu’il entre dans l’immeuble. Ce dernier est parvenu à prendre la fuite et a été pris en charge par les pompiers, précise une source policière.

Dans la soirée, le parquet de Paris a annoncé avoir ouvert une enquête pour les chefs d' « enlèvement et séquestration sans libération volontaire, violences avec arme, détention d’arme, menace de crime ou de délit et tentative d’homicide volontaire », a appris 20 Minutes de source judiciaire.

Quartier bouclé

Le contact avec le preneur d’otages a été rapidement établi, mais les négociations sont restées au point mort. Selon des sources proches du dossier, l’homme avait des revendications « incohérentes ». Il réclamait notamment à parler à quelqu’un au sein de l’ambassade d’Iran en France. Les motifs de cette prise d’otages sont pour l’heure inconnus, mais la piste terroriste n’est pas privilégiée.

Le forcené affirmait être lourdement armé. Selon des sources syndicales, il aurait indiqué être en possession d’une bombe​ et d’une arme de poing. Des policiers de la  brigade de recherche et d'intervention (BRI) et de la compagnie de sécurisation et d’intervention (CSI) ont mené les opérations.

Le secteur a été entièrement bouclé et les personnes sur place ont été confinées dans des commerces et immeubles voisins.