VIDEO. Strasbourg:  «On a vu une boule de feu», des salariés racontent l'explosion du silo à grains

ACCIDENT Une salariée du Comptoir agricole située à l'entrée du site du silo ce mercredi matin et deux employés du Port de Strasbourg non loin racontent à «20 Minutes» l'explosion survenue à 9h20 à Strasbourg...

Bruno Poussard

— 

Sur le site du Comptoir agricole dans le port du Rhin à Strasbourg, le toit du silo à grains a été soufflé à 9h20, menaçant au passage la tour voisine. Lancer le diaporama
Sur le site du Comptoir agricole dans le port du Rhin à Strasbourg, le toit du silo à grains a été soufflé à 9h20, menaçant au passage la tour voisine. — Document remis / Sdis 67.
  • A 9h20 ce mercredi matin, un silo à grains d'une entreprise du port de Strasbourg a explosé lors d'un chantier de maintenance.
  • Présente dans la guérite d'entrée du site au moment des faits, une salariée raconte à «20 Minutes» avoir entendu «deux déflagrations».
  • Non loin, deux employés du port de Strasbourg en plein travaux décrivent avoir vu «une grosse boule de feu» en hauteur.

Ce mercredi, Brigitte a démarré sa journée de travail vers 7h dans le port du Rhin à Strasbourg. Postée à l’entrée du site du Comptoir agricole - Silostra Silorins, cette salariée du groupe acteur de l’agriculture alsacienne était dans sa guérite au moment de l’explosion du silo à grains situé à une cinquantaine de mètres seulement, vers 9h20.

Lorsque le toit du silo a été soufflé, elle discutait avec un ami, chauffeur de l’entreprise de passage. « On a entendu deux énormes déflagrations et tout qui vibrait, raconte-t-elle avec émotion. Ça a été très vite, c’était un peu ''sauve qui peut'' pour sortir de la guérite. Dehors, il y avait beaucoup de poussière. On croyait que ça venait de l’usine en face. »

« Et en se retournant, on a simplement vu une énorme fumée. »

 

« Quatre copains brûlés » sortis du silo en feu

De ce dégagement de fumée et du silo en feu, ils ont ensuite vu surgir « quatre copains brûlés », comme le décrit le chauffeur présent par hasard, aux yeux également rougis. En attendant les pompiers très vite appelés, Brigitte et lui ont vu des policiers arriver tout de suite pour sécuriser la zone. Avant d’être évacués à quelques centaines de mètres.

Alertés par « la détonation », « le souffle » et « une boule de feu de trois fois la hauteur de la tour de 60 mètres située à côté », deux salariés du Port autonome en plein travaux de terrassements non loin ont, eux aussi, participé à baliser la route « pour éviter une surexplosion » après un appel aux secours. Philippe Dietrich, l’un des deux, ajoute :

« On sait qu’il y a de l’engrais sur le site, mais aussi des usines à côté et des camions qui peuvent transporter des matières dangereuses. »

 

Le périmètre bouclé, dix écoles à proximité confinées

L’information tout juste transmise aux autorités, le bouclage du quartier a été rapidement organisé. Un périmètre de sécurité de 200 m a été installé. Par précaution, dix écoles d’un secteur élargi ont aussi été confinées toute la matinée. Et des axes routiers ont été fermés, souvent à des centaines de mètres.

Grâce à l’intervention de 108 pompiers et 60 camions, l’incendie a été maîtrisé avant 14h. Plus tôt, les secours ont pris en charge quatre blessés. En urgence absolue, trois d’entre eux ont été transférés vers le service des grands brûlés au CHU de Metz, et le dernier, en urgence relative, a été transporté à l’hôpital de Hautepierre, à Strasbourg.

Une cellule d’aide psychologique a également été ouverte pour tous les salariés des diverses entreprises présents à proximité et potentiellement sous le choc. Une vingtaine d’entre eux aurait ainsi été « commotionnée » d’après les explications du secrétaire général de la préfecture du Bas-Rhin.

De l’amiante et de l’engrais notamment à évacuer

Selon Yves Séguy, l’explosion du toit du silo à grains est survenue lors de « travaux de maintenance » - et peut-être de soudures - à l’intérieur de celui-ci où se trouvaient des « poussières de céréales particulièrement explosives ». Une cellule de crise a été mise en place à la préfecture, avec un poste de commandement opérationnel sur les lieux.

L’incendie maîtrisé et le site neutralisé, tous les risques n’ont pas encore disparu. Un triple travail de « nettoyage des débris d’amiante » disséminés par l’explosion du toit, de « consolidation de la tour voisine fragilisée » et d’évacuation des « stocks d’engrais d’ammonitrate » a donc été lancé dans la foulée.

Alors que l’accès à la partie du sud du port reste, lui, perturbé et que d’autres investigations sont en cours, des suspiscions de fibres d’amiante dans le périmètre de sécurité encouragent les autorités à demander aux salariés des entreprises voisines de prendre une douche sur site. Et un sas de sortie est installé.

>> A lire aussi : Quatre blessés dont 3 en urgence absolue dans l'explosion d'un silo à grains