Ariège: L’ex-militaire écoulait des mines antipersonnel sur Le Bon Coin

JUSTICE Un ex-militaire résidant dans l’Ariège a été jugé pour avoir vendu des mines antipersonnel sur Le Bon Coin. Il avait chez lui un véritable arsenal…

H.M.

— 

Une mine antipersonnel présentée lors d'un salon de la Défense. Illustration.
Une mine antipersonnel présentée lors d'un salon de la Défense. Illustration. — F. Durand - Sipa

L’ex-militaire avait gardé le feu sacré. Pains de plastic, grenades, armes, munitions… Lors d’une perquisition effectuée en mai 2017 à son domicile ariégeois, dans les environs de Pamiers, les gendarmes sont tombés sur une « mine » : un véritable arsenal glané sur les champs de bataille au cours de sa carrière, dont la détention non déclarée était en soi répréhensible.

Mais ce qui a conduit le quinquagénaire devant le tribunal correctionnel de Foix mardi, c’est qu’il a aussi décidé de faire partager sa dangereuse passion. La Dépêche du Midi relate que l’alerte a été donnée quand des douaniers ont intercepté chez un Isérois un colis contenant deux mines antipersonnel, heureusement inertes. L’acheteur avait fait affaire sur Le Bon Coin avec l’ex-para ariégeois.

Simple avertissement

A la barre, ce dernier a reconnu avoir « fait preuve de négligence ». Le tribunal, considérant sans doute que comparaître était en soi un déshonneur pour un militaire, s’est montré plutôt clément. Le soldat nostalgique n’a écopé que d’un simple avertissement et de 500 euros d’amende.

>> A lire aussi : L'ancien maire revendait du matériel communal sur Le Bon Coin, il prend six mois de prison avec sursis