Haute-Savoie: Il se suicide au lendemain de sa condamnation à 5 ans de prison ferme

FAITS DIVERS L'homme de 52 ans avait été reconnu coupable d'escroquerie. Lui avait nié...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration de la balance de Thémis, symbole de la Justice. (Illustration)
Illustration de la balance de Thémis, symbole de la Justice. (Illustration) — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA
  • Nordine Addine, condamné vendredi à 5 ans de prison ferme pour escroquerie, s'est suicidé le lendemain en cellule.
  • Son avocat parle de «peine disproportionnée».

Un homme, condamné vendredi à cinq ans de prison ferme pour escroquerie par le tribunal correctionnel d’Annecy, s’est suicidé le lendemain dans sa cellule, a-t-on appris mardi de sources concordantes, confirmant une information de l'hebdomadaire l'Essor savoyard.

Nordine Addi, 52 ans, avait été confronté jeudi et vendredi à trois de ses victimes, dont une restauratrice d’Annecy, Laurence Salomon, la première à avoir publiquement dénoncé les faits. Durant le procès, il a nié les faits qui lui étaient reprochés, se présentant comme un « business angel » dans des affaires ayant mal tourné.

Aucune tentative de suicide avant

Au final, le prévenu a été reconnu coupable « d’escroquerie, d’abus de biens et de blanchiment habituel » et condamné à 5 ans d’emprisonnement, 15 ans d’interdiction de gérer des sociétés et 700.000 euros de dommages et intérêts.

Il a revanche été relaxé d’abus de faiblesse à l’encontre de la plaignante, qui avait décrit une spirale la conduisant en quelques mois à faire faillite et à se retrouver locataire de son propre fonds de commerce au profit du prévenu.

Nordine Addi, mis en examen et incarcéré en décembre 2016, avait regagné vendredi soir sa cellule à la prison d’Aiton (Savoie). Ce père de famille s’y est suicidé dans la nuit de samedi à dimanche, a confirmé à l’AFP la direction interrégionale des services pénitentiaires de Lyon. Il ne faisait pas l’objet d’une « vigilance particulière », n’ayant fait « aucune tentative de suicide depuis le début de son incarcération ».

Une « peine disproportionnée »

Son avocat, Me Jean-Félix Luciani, a fait part de sa « très grande tristesse pour cet homme » et adressé ses « pensées profonde pour ses trois jeunes enfants qui ne reverront plus leur père ».

« La peine de cinq années sans même un sursis pour quelqu’un jamais condamné judiciairement m’est apparue disproportionnée. Nous comptions bien sûr faire appel », a-t-il ajouté, également « surpris par une détention provisoire aussi longue » pour un homme au casier vierge et à la détention « exemplaire ».