Cannes: Un «prince» accusé d'avoir violé une mannequin en plein festival du film

AGRESSION L'agresseur présumé, un jet-setteur d'origine iranienne, est déjà cité dans le scandale du Rubygate...

F. B.

— 

Une vue sur la Croisette de Cannes, le 30 juillet 2013
Une vue sur la Croisette de Cannes, le 30 juillet 2013 — Valery Hache AFP

Elle décrit une nuit cauchemardesque. Lui nie en bloc. Un jet-setteur originaire d’Iran et se faisant appeler « prince » a été mis en examen pour le viol d’une mannequin italienne de 25 ans, rencontrée quelques jours plus tôt à Milan. Les faits se seraient déroulés à deux pas de la Croisette et remontent au 9 mai, en plein Festival de Cannes rapporte Nice-Matin.

L’homme, déjà cité dans le scandale du Rubygate, une affaire politico-judiciaire à caractère sexuel impliquant Silvio Berlusconi, est incarcéré à Grasse depuis le 11 mai.

« Prostrée », « choquée », « en pleurs » et blessée

Sur les coups de 21h30, le 9 mai, des hurlements interpellent des passants au pied d’un immeuble situé derrière l’hôtel Carlton. « Au secours », « à l’aide », la voix d’une femme « en détresse » décide deux hommes à intervenir. Le suspect, simplement recouvert d’une serviette autour de la taille, les accueille. Il porte des traces de griffures.

Dans un coin de l’appartement, ils découvrent aussi la jeune femme « prostrée », « choquée », « en pleurs » et surtout blessée au visage, décrit le quotidien régional.

L’homme change de version

Les policiers interviennent. Et les deux livrent des versions bien différentes : la mannequin affirme avoir été victime d’un viol et de coups. L’homme assure que le rapport était consenti et qu’elle est devenue « hystérique » avant de se blesser elle-même.

A nouveau interrogé, il changera de récit. Selon lui, la jeune femme aurait en fait été « vexée » qu’il se refuse à elle après lui avoir déjà fait l’amour plusieurs fois.