Landes: Les gendarmes ne retiennent pas le caractère homophobe des tags car la victime est hétéro

HOMOPHOBIE Cet homme, soutenu par une association qui lutte contre les discriminations sexuelles, va demander une requalification des faits au parquet…

Clément Carpentier

— 

Les tags homophobes sur la palissade d'une maison.
Les tags homophobes sur la palissade d'une maison. — Les Gascons
  • Un habitant a découvert de nombreux tags insultants autour de sa propriété.
  • Les gendarmes ne veulent pas retenir le caractère homophobe car la victime est hétérosexuelle.
  • Une association qui lutte contre les discriminations sexuelles veut demander une requalification des faits.

L’affaire secoue tout le petit village de Luglon dans les Landes, à 30 km au nord-ouest de Mont-de-Marsan, depuis deux mois. Depuis précisément, le 14 avril. Ce jour-là, un habitant découvre des nombreuses insultes à caractères homophobes autour de son domicile en allant, comme chaque jour, promener son chien. Et il y en a un peu partout : palissades, routes, poteaux électriques et arbres.

Les messages tagués à la bombe rose sont très clairs : « Mec au chien PD ». Sur un pin devant sa propriété, il y a même écrit « Mec au chien PD -> ICI. » C’est donc bien cet homme de 60 ans qui est visé. Sous le choc, il décide alors d’aller porter plainte à la gendarmerie de Sore sur les conseils de SOS homophobie.

Certaines inscriptions encore présentes deux mois plus tard

Mais lors de sa déposition, les gendarmes refusent de retenir le caractère homophobe des tags. Ils enregistrent simplement une plainte pour insultes publiques. Pourquoi ce refus ? Il affirme que les militaires lui ont répondu qu’ils ne pouvaient pas retenir ce caractère aggravant car il est hétérosexuel. Une réponse que les gendarmes jugent maladroite aujourd’hui.

Mais face à cette réaction, cet homme décide de ne pas en rester là. Il fait appel à l’association, Les Gascons, qui lutte contre les discriminations sexuelles à Dax depuis 2004.

L’association a affirmé à 20 Minutes qu’elle allait écrire au parquet dans les prochains jours pour demander une requalification des faits et envoyer de la documentation aux gendarmes. Son président, Mickaël Ollier, se dit lui « désespéré » face à la réaction des militaires mais est tout de même « heureux qu’un hétéro ne lâche pas le morceau face à ces insultes homophobes ». Des insultes qui pour certaines sont encore visibles plus de deux mois après les faits. Si la mairie a nettoyé la route et la palissade, ce n’est pas le cas d’Enedis pour les poteaux électriques.

>> A lire aussi : Une exposition photo vandalisée par des tags homophobes à Metz

>> A lire aussi : Journée mondiale contre l’homophobie, Valérie Pécresse porte plainte contre un adjoint d’Anne Hidalgo

>> A lire aussi : «Le constat est alarmant, l’homophobie est de plus en plus violente», affirme SOS Homophobie