Normandie: Porté disparu depuis trois jours, le pilote d'un autogire retrouvé mort dans l'Eure

DISPARITION Porté disparu depuis mercredi, ce sexagénaire a été retrouvé mort trois jours plus tard à Marcilly-sur-Eure…

20 Minutes avec agence

— 

Un autogire. Illustration.
Un autogire. Illustration. — Capture d'écran Flikr

Après trois jours de recherches, un pilote d’engin volant, disparu depuis mercredi 30 mai, a été retrouvé mort à Marcilly-sur-Eure ( Eure), ce samedi. Le corps de ce sexagénaire gisait à l’intérieur de sa machine, rapporte Tendance Ouest. Une autopsie et une enquête vont tenter de déterminer les causes de l’accident.

Aux commandes d’un autogire

L’homme, âgé d’une soixantaine d’années, avait décollé mercredi dans la soirée, depuis l’aérodrome de L’Aigle (Orne). Aux commandes d’un autogire, un engin qui « ressemble à un petit hélico », selon un gendarme, le pilote comptait se rendre à Saint-André-de-l’Eure (Eure-et-Loir). C’est son épouse, inquiète de n’avoir plus de nouvelles, qui a alerté les secours.

D’importants moyens aériens et terrestres, de la gendarmerie et de la sécurité civile, ont alors été déployés pour retrouver la trace du pilote et de son appareil. Les recherches ont duré plusieurs jours jusqu’à ce qu’un hélicoptère de l’armée de l’air localise finalement l’engin, samedi en fin d’après-midi, à proximité d’un hameau de Marcilly-sur-Eure.

Enquête et autopsie

Selon les enquêteurs, il est trop tôt, pour dire si l’homme est décédé et que l’autogire est tombé ensuite, ou l’inverse. La gendarmerie a indiqué qu’il y aurait « une autopsie du corps et une analyse de l’appareil pour comprendre les causes » de l’accident.

L’enquête a été confiée aux gendarmes de l’Eure et à la Brigade de gendarmerie des transports aériens (BGTA), basée à Deauville, dans le Calvados, compétente en cas d’incidents aériens.

>> A lire aussi : Deux morts dans l'accident d'un ULM biplace près de Nancy