Affaire Maëlys: «C'était comme un jeu vidéo»... Ce que révèle l'expertise psychiatrique de Nordahl Lelandais

ENQUETE Les experts-psychiatres n’ont décelé aucune abolition du discernement chez Nordahl Lelandais, qui a reconnu les meurtres de la petite Maëlys et du caporal Arthur Noyer…

H. B.

— 

Des affiches de Maëlys  placardŽées dans les rues de Pont-de-Beauvoisin.
Des affiches de Maëlys placardŽées dans les rues de Pont-de-Beauvoisin. — SIPA

« Une personnalité clivée de type pervers ». L’expertise psychiatrique réalisée sur Nordahl Lelandais, qui a reconnu les meurtres de la petite Maëlys et du caporal Arthur Noyer, met en évidence un individu avec une « dangerosité criminologique extrêmement importante », révèle RTL qui s’est procuré le rapport des experts psychiatres.

L’homme, mis en examen pour les meurtres de la petite Maëlys et du caporal Arthur Noyer, s’est entretenu à deux reprises avec les médecins, en mars et en avril. Les experts-psychiatres n’ont décelé aucune abolition du discernement. « Il ne souffre d’aucun trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli son discernement ou le contrôle de ses actes », et serait donc responsable pénalement des meurtres, notent les experts-psychiatres.

« Tout d’un coup, je suis sorti de mon corps, j’étais comme spectateur »

Selon des extraits du rapport psychiatrique, Nordahl Lelandais a reconnu avoir « tué Maëlys, cette pauvre enfant qui n’avait rien demandé », à coups de poing. « C’était comme dans un jeu vidéo. Ça peut pas être un mec normal qui a fait un truc pareil. Moi j’adore les enfants et les animaux », aurait affirmé Nordahl Lelandais aux experts-psychiatres.

« Tout d’un coup, je suis sorti de mon corps. J’étais comme spectateur. Comme si j’étais à côté de la voiture, comme un fantôme qui vole à côté d’elle », a également déclaré le suspect. « J’entendais des voix mais je ne veux pas en parler. Je ne veux pas qu’on dise que je suis fou. Puis j’ai déposé Maëlys dans l’herbe. Je ne savais pas quoi faire, je voulais que la deuxième personne qui est en moi parte. »

« C’est comme si Arthur Noyer était revenu quand j’ai tapé Maëlys »

Nordahl Lelandais a également reconnu avoir « accidentellement » tué le caporal Arthur Noyer qu’il avait pris en stop en 2017. « Comme pour Maëlys, ce n’était pas moi », a assuré le jeune homme. « C’est comme si Arthur Noyer était revenu quand j’ai tapé Maëlys », a-t-il ajouté. Nordahl Lelandais a assuré être « libéré de cette personne méchante en lui ».

Selon RTL, les éléments recueillis par les experts permettent de conclure que Nordahl Lelandais est une personnalité « avec une partie fonctionnant de façon à peu près adéquate à la réalité, et une partie fonctionnant en dépit des interdits avec des possibilités de passage à l’acte hétéro-agressif extrêmement important ».