Marseille: Une «victime innocente» lors du règlement de comptes qui a fait deux morts, samedi?

FAITS DIVERS Selon les premiers éléments de l’enquête, la seconde victime du règlement de comptes de l’Estaque, samedi à Marseille, pourrait être une « victime collatérale »…

J.S.-M.

— 

Des investigations sur la scène d'un règlement de comptes (illustration).
Des investigations sur la scène d'un règlement de comptes (illustration). — A.-C. Poujoulat / AFP

L’un des deux hommes tués dans un règlement de comptes, ce samedi, à Marseille, est peut-être une victime collatérale. « Il se trouvait dans l’axe des coups de feu visant le premier homme tué. Il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’une victime collatérale », a déclaré à La Provence le procureur Xavier Tarabeux.

« Il n’avait rien à voir là-dedans »

L’autre victime était connue de la police, dans des affaires de stupéfiants. Engin G., lui, n’avait pas de casier judiciaire. Ce chauffeur de car jouait aux cartes, ce samedi, à la buvette de cet ancien club de foot de L'Estaque​. « C’est une victime innocente, il n’avait rien à voir là-dedans », martèle la sénatrice socialiste des quartiers Nord Samia Ghali.

Les deux hommes, abattus par une arme de type Kalachnikov, sont les dixième et onzième victimes de règlements de comptes à Marseille et dans sa région depuis le début de l’année. En 2017, 14 personnes avaient perdu la vie dans des règlements de comptes dans les Bouches-du-Rhône, selon la préfecture de police, contre 29 en 2016.

>> A lire aussi : Corps calciné, «voyous», trafic de stupéfiants... Le Nord secoué par une série de règlements de comptes

>> A lire aussi : VIDEO. Contre le trafic de drogue à Marseille, «on traite les symptômes, pas le problème de fond»