Marseille: Deux hommes tués par balle dans un probable règlement de comptes

HOMICIDES Les victimes étaient âgées d’une trentaine d’années…

H. B. avec AFP

— 

Une voiture de police à Marseille (illustration).
Une voiture de police à Marseille (illustration). — Amandine Rancoule / 20 Minutes

Il s’agit probablement d’un nouveau règlement de comptes. Deux hommes d’une trentaine d’années ont été tués par arme à feu dans la nuit de vendredi à samedi à Marseille, dans le quartier littoral de l’Estaque, dans le nord de la ville, a-t-on appris de sources concordantes.

Peu avant 1h, un assaillant cagoulé, muni d'une arme longue, probablement une Kalachnikov, a surgi dans les locaux d'une association sportive de l'Estaque, quartier littoral du nord de la ville, a relaté le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux, confirmant une information de La Provence.

Au total, 18 étuis de calibre 7.62 retrouvés

L'assaillant a ouvert le feu dans les locaux où plusieurs personnes jouaient aux cartes, touchant une première victime à la tête. Une seconde a été fauchée d'une rafale au niveau du thorax et de l'abdomen. Dépêchés sur place, les marins-pompiers ont tenté en vain de ranimer les victimes, a précisé une source proche du dossier.

Au total, 18 étuis de calibre 7.62, correspondant à une arme de type Kalachnikov, ont été retrouvés sur les lieux, a précisé le procureur Xavier Tarabeux. Le tireur, attendu par un complice selon les témoignages recueillis, a pris la fuite dans un véhicule, retrouvé calciné plus tard dans la nuit par les enquêteurs dans la commune de Sausset-Les-Pins (Bouches-du-Rhône). La première victime était samedi matin en cours d'identification, la seconde n'avait pas d'antécédants judiciaires dans le trafic de stupéfiants, a précisé le magistrat. Les enquêteurs spécialisés de la police judiciaire marseillaise ont été saisis de l'enquête.

Au lendemain d'une visite éclair de Gérard Collomb

Les enquêteurs privilégient au vu des faits la piste d’un règlement de comptes, a poursuivi une source policière. Il s’agirait donc des 10e et 11e victimes dans les Bouches-du-Rhône depuis le début de l’année. En 2017, 14 personnes avaient perdu la vie dans des règlements de comptes dans les Bouches-du-Rhône, selon la préfecture de police, contre 29 en 2016.

Ces faits surviennent 24 heures à peine après une visite éclair du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb dans une cité de la ville, où un commando armé avait fait irruption lundi dernier, tirant en l’air en pleine journée, sans faire de victimes.