Calvados: Un jeune ligoté et tabassé à cause d'une bouteille volée en boîte de nuit

JUSTICE Le tribunal de Lisieux jugeait, la semaine dernière quatre hommes après une violente altercation ayant opposé deux groupes pour une broutille…

20 Minutes avec agence

— 

Code pénal au tribunal (illustration)
Code pénal au tribunal (illustration) — 20 MINUTES/SIPA

Tout ça pour une bouteille volée en discothèque. Le tribunal de Lisieux a jugé mardi quatre hommes accusés d’avoir agressé, ligoté, et blessé un jeune de 20 ans.

Les faits datent d’août 2017. A l’origine, une simple bouteille d’alcool volée lors d’une soirée en boîte de nuit au Mesnil-Eudes (Calvados). S’ensuivent trois semaines de provocations entre deux groupes, jusqu’au 18 août, rapporte Le Pays d'Auge.

« Baston générale »

Ce soir-là, un jeune de 19 ans, accompagné d’un ami de 26 ans, invite ses adversaires à venir chez lui pour une « baston générale ». Six personnes, trois garçons et trois filles, répondent à l'« invitation » et frappent au portail vers 1 heures du matin.

Le père du jeune saisit alors un fusil et tire vers le ciel. Quatre détonations sont entendues par les témoins, mais l’homme n’en admettra que deux face au tribunal. « Je craignais pour ma sécurité et celle de mon fils, je voulais leur faire peur », expliquera-t-il.

La victime possédait un taser

Les six adversaires prennent la fuite. Le jeune, son ami et son père se lancent alors à leur poursuite. Ils finissent par rattraper un jeune homme de 20 ans qu’ils ligotent à un poteau avant de le rouer de coups. Le fils de 19 ans profère, en outre, des propos racistes. Les trois reprennent ensuite leur « chasse à l’homme ». Une jeune femme de la bande adverse, qui aurait été « secouée », s’est constituée partie civile.

Le jeune ligoté a lui aussi comparu comme prévenu dans ce dossier qualifié de « pathétique » par la vice-procureure. Il était en effet en possession d’un taser au moment des faits. Le tribunal a condamné le père à six mois de prison avec sursis. Idem pour son fils, avec 105 de travaux d’intérêt général en plus. L’ami a, lui, écopé de quatre mois avec sursis.

La victime, qui a bénéficié de quatre jours d’ITT, a aussi été condamnée à 30 jours-amendes à 10 euros pour port d’arme. Le jeune homme recevra 1.700 euros de préjudices. La jeune femme recevra pour sa part 800 euros de préjudice moral.

>> A lire aussi : Caen: Un forcené prend sa compagne en otage pendant cinq heures, le Raid intervient

>> A lire aussi : Calvados: Il découvre un python royal de 60 centimètres dans son placard