VIDEO. Affaire Grégory: Les mises en examen de Murielle Bolle et des époux Jacob annulées

JUSTICE Les contrôles judiciaires qui pesaient sur les trois mis en examen ont été simultanément levés par les magistrats…

H. B. avec AFP

— 

Murielle Bolle photographée dans le jardin de sa maison à Granges-sur-Vologne (Vosges) le 21 juin 2017, avant son arrestation.
Murielle Bolle photographée dans le jardin de sa maison à Granges-sur-Vologne (Vosges) le 21 juin 2017, avant son arrestation. — PATRICK HERTZOG / AFP

Nouveau rebondissement dans l'affaire Grégory. Les mises en examen de Murielle Bolle et des époux Jacob pour le rapt mortel du petit Grégory il y a 33 ans, ont été annulées par la chambre de l’instruction de Dijon, a-t-on appris ce mercredi auprès de leurs avocats.

Les contrôles judiciaires qui pesaient sur les trois mis en examen ont été simultanément levés par les magistrats, ont indiqué les avocats après avoir pris connaissance du délibéré de la chambre.

Trente ans après les faits, Murielle Bolle était soupçonnée d’avoir participé à l’enlèvement du jeune garçon. Quant aux époux Jacqueline et Marcel Jacob, les juges les soupçonnaient d’avoir été les « corbeaux » de l’affaire, à l’origine de plusieurs lettres anonymes.

« Pas d’indice grave et concordant »

« C’est une très belle victoire pour nous : Murielle Bolle est innocente. Sa mise en examen tombe, son contrôle judiciaire également. Murielle Bolle est libre et innocente », s’est félicité l’un de ses conseils, Christophe Ballorin, ajoutant que « c’est également le cas pour les époux Jacob ». La chambre de l'instruction a considéré « qu’il n’y avait pas d’indice grave et concordant laissant à penser qu’elle ait pu participer à l’infraction qui lui est reprochée », a précisé Christophe Ballorin.

« Avec une autre composition, la décision a été toute autre », a ajouté l’avocat, en rappelant que la chambre de l’instruction de Dijon est présidée depuis fin 2017 par Dominique Brault, l’ancienne présidente Claire Barbier se consacrant désormais exclusivement à l’instruction de l’affaire. « L’affaire Grégory n’est pas terminée. Il est souhaitable qu’elle ne se termine que lorsqu’on connaîtra le coupable », a-t-il poursuivi.

« Ils pourraient se retrouver à nouveau convoqués pour être mis en examen »

« Si les mises en examen étaient annulées le 16 mai, ce serait une contrariété. Mais cela ne marquerait pas la fin de l’histoire. Selon moi, l’instruction pourrait se poursuivre et ils pourraient se retrouver à nouveau convoqués pour être mis en examen », avait déclaré il y a quelques semaines à 20 Minutes Thierry Moser, avocat des parents du petit Grégory.

« Je rappelle que le boulot de l’instruction n’est pas de dire qui est coupable ou innocent mais bien de réunir les charges suffisantes pour renvoyer les personnes devant un tribunal qui dira, alors, s’ils sont coupables ou innocents. Moi, je pense qu’on arrivera à un procès dans les 2 ou 3 ans à venir. Devant une cour d'assises pour les époux Jacob, et devant un tribunal pour enfants statuant en matière criminelle pour Murielle Bolle (elle avait 15 ans au moment des faits) », avait ajouté l’avocat des parents du petit Grégory.