Attaque au couteau: Les parents de l'assaillant remis en liberté, la garde à vue de son ami prolongée

JUSTICE Abdoul Hakim A., 20 ans, a été interpellé dimanche après-midi à Strasbourg, et sa garde à vue vient d'être prolongée...

20 Minutes avec AFP

— 

Samedi soir, Khamzat Azimov a attaqué des passants en plein coeur de Paris, faisant un mort et quatre blessés.
Samedi soir, Khamzat Azimov a attaqué des passants en plein coeur de Paris, faisant un mort et quatre blessés. — Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP

Les parents de Khamzat Azimov, l’auteur de l’attaque au couteau qui a fait un mort samedi à Paris, a été levée ce mardi en l’absence d’élément incriminant, a appris 20 Minutes de source judiciaire. La garde à vue de l’ami de l’assaillant a, elle, été prolongée, a-t-on appris de même source.

Abdoul Hakim A., 20 ans, a été interpellé dimanche après-midi à Strasbourg, ville où la famille Azimov a vécu plusieurs années. Sa garde à vue peut s’étendre jusqu’à jeudi après-midi.

Suivi par les services de renseignement

Il est suivi par les services de renseignement depuis son mariage religieux avec Inès Hamza, une Francilienne radicalisée de 19 ans qui avait tenté de partir en Syrie. En janvier 2017, elle avait été mise en examen pour association de malfaiteurs à visée terroriste et placée sous contrôle judiciaire dans une instruction à Paris où trois autres femmes sont impliquées, selon des sources proches de l’enquête.

C’est en raison de ses liens avec son ami que Khamzat Azimov, fiché S (pour « sûreté de l’Etat »), avait été entendu il y a un an par la section antiterroriste de la brigade criminelle.

Lors d’une perquisition au domicile familial d’Abdoul Hakim A. dimanche, sept téléphones ont été saisis, mais le portable qu’il utilisait le plus souvent est demeuré introuvable.

Les parents de Khamzat Azimov, un Français âgé lui aussi de 20 ans et originaire de Tchétchénie (Russie), avaient été arrêtés dimanche matin, quelques heures après l’attaque commise par leur fils, tué ensuite par la police. Les chambres que la famille louait dans un hôtel meublé parisien ont été perquisitionnées, sans résultat concluant.

>> A lire aussi : La communauté tchétchène «inquiète» des répercussions sur son image