Affaire Nordahl Lelandais: Des proches «des disparus de Tamié» dénoncent la «mauvaise volonté de la justice»

JUSTICE Jean-Christophe Morin, 22 ans et Ahmed Hamadou, 45 ans, ont disparu en 2011 et 2012 à la sortie d’un festival de musique électronique au Fort de Tamié (Savoie)…

H. B.

— 

Le Fort de Tamié en Savoie.
Le Fort de Tamié en Savoie. — JEAN-PIERRE CLATOT

Elles sont en colère. Les familles de deux hommes disparus en Savoie en 2011 et 2012 ont dénoncé ce samedi dans Le Parisien la « mauvaise volonté » de la justice française, regrettant qu’elle ne cherche pas à vérifier l’implication de Nordahl Lelandais, déjà associé à deux affaires de disparition dans la région.

Les familles de Jean-Christophe Morin et Ahmed Hamadou, qui ont tous deux disparu à la sortie d’un festival de musique électronique au Fort de Tamié (Savoie), avaient déposé plainte le 2 mars dernier avec constitution de partie civile pour « enlèvement et séquestration » au parquet d’Albertville (Savoie). Mais depuis, aucune procédure n’a été lancée.

« Cela fait sept ans que j’attends une véritable enquête… »

La juge d’instruction Emmanuelle Bouyé a demandé aux familles des deux disparus de « justifier de la pertinence de leur plainte » et de déposer une caution, précise Le Parisien.

« Cela fait sept ans que j’attends une véritable enquête… Des années à attendre une réponse… Et il faut payer pour avoir droit à une justice qui a été défaillante de bout en bout dans nos dossiers ? C’est aberrant ! S’il le faut, je vais les payer les cautions, mais j’attends au moins qu’on enquête. Que l’on nous dise au moins s’il y a un lien entre ces affaires et avec cet homme », a déploré Daniel Morin, père de Jean-Christophe, disparu à l’âge de 22 ans au Fort de Tamié le 10 septembre 2011.

« Nous sommes allés à la gendarmerie, mais personne n’a voulu nous recevoir »

« Depuis 2012, personne n’est jamais venue nous voir moi ou mes frères. Nous sommes allés à la gendarmerie d’Albertville (Savoie), mais personne n’a voulu nous recevoir », a également confié la sœur d’Hamed Hamadou, 45 ans, disparu au même endroit que Jean-Christophe, un an plus tard.

Une cellule de coordination, baptisée Ariane, a été créée mi-janvier au pôle judiciaire de la gendarmerie nationale à Pontoise pour procéder à des recoupements. Le parquet d’Albertville avait alors indiqué en février avoir relancé les enquêtes sur les disparitions de Jean-Christophe Morin, 22 ans et Ahmed Hamadou, 45 ans. Mais à ce jour, aucun élément ne vient officiellement étayer une implication de Lelandais dans ces dossiers.