Grève à la SNCF: Un Sarthois fait 180 km à vélo pour aller travailler

INSOLITE Son TER étant supprimé, un cycliste amateur choisit d'effectuer plus de six heures de vélo pour rejoindre son emploi...

F.B.

— 

David Barrelet vit à Breil-sur-Mérize (Sarthe) et travaille à Saint-Cyr (Yvelines).
David Barrelet vit à Breil-sur-Mérize (Sarthe) et travaille à Saint-Cyr (Yvelines). — Google maps

Confronté, comme des milliers d’autres Français, à l’absence de train en raison de la grève à la SNCF, un habitant de la Sarthe a décidé d’aller au boulot à vélo. Sauf que ce quadragénaire travaille à 175 km de son domicile ! Educateur au lycée militaire Saint-Cyr (Yvelines), David Barrelet habite en effet à Breil-sur-Mérize, à l’est du Mans. A quatre reprises depuis le début de la grève des cheminots, il a choisi d’effectuer la distance à bicyclette, soit un peu plus de six heures de trajet, rapporte le site  France info.

Amateur de petites courses cyclistes (70-80 km), le quadragénaire doit, cette fois, accomplir un effort sportif prolongé inhabituel. « Je m’alimente en pâtes de fruit et je bois de l’eau avec du sel pour éviter les crampes », raconte-il. Logeant généralement cinq jours sur place, il ne fait, heureusement, pas l’aller-retour dans la journée.

Il n’en veut pas aux cheminots

Ne pouvait-il pas se rendre à Saint-Cyr par un autre moyen ? Il ne dispose pas de voiture personnelle car son épouse en a besoin. Aucune aire de covoiturage ne se trouve à proximité de chez lui, dit-il. Quant au TGV au départ du Mans, il coûte beaucoup plus cher que son aller-retour habituel en TER. « Le budget en prend une sacrée claque », assure-t-il.

Du coup, David pédale, suscitant l’admiration de sa compagne. « Il a un mental d’acier », confie-t-elle à France Info. Le Sarthois n’en veut même pas aux grévistes. « J’ai des amis qui sont à la SNCF. Chacun défend son bifteck », explique-t-il.

>> A lire aussi : La cagnotte de soutien aux cheminots dépasse un million d'euros sur Leetchi